Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

Parcours de santé mutualiste : la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, la Ligue nationale contre le cancer et la Mutualité Française signent un accord cadre

Dans le cadre du parcours de santé mutualiste et partageant la même volonté de développer la prévention, le dépistage, la qualité des prises en charge et de réduire les inégalités face à la maladie, la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC), la Ligue nationale contre le cancer (LNCC) et la Mutualité Française ont signé une convention tripartite dans le domaine de la lutte contre le cancer.

Cet accord cadre a pour objectif d’accompagner l’approche globale de la prise en charge du cancer souhaitée par la Mutualité Française dans le cadre de son Parcours de santé mutualiste. Cette prise en charge concerne la phase de la prévention et du dépistage, de la maladie, de l’accompagnement et de la réinsertion. Elle se veut spécifique et personnalisée : elle est destinée à la personne et à son entourage.

La FNCLCC, la LNCC et la Mutualité Française ont d’ores et déjà retenu trois actions :

- Informer et éclairer le choix d’orientation des adhérents mutualistes et de leur entourage : l’objectif sera d’offrir aux adhérents mutualistes, à leurs proches et aux professionnels de santé qui les accompagnent, un point d’information unique multimédia, appelé centre de contacts, couvrant un champ d’informations sanitaires, sociales et médico-sociales afin notamment d’orienter leurs choix vers les établissements répondant aux critères de qualité retenus par les autorités sanitaires.

- Accompagner les adhérents mutualistes et leur entourage : la Mutualité Française en lien avec la FNCLCC et la LNCC s’engagent à accompagner les adhérents mutualistes et à soutenir leur entourage pour faire face aux difficultés quotidiennes et familiales, sociales et économiques posées par la maladie.

- Favoriser l’action du médecin traitant : il est primordial pour les 3 organismes signataires de cet accord de mettre le médecin traitant au centre du dispositif du parcours de santé mutualiste. Une réflexion sera menée entre la Mutualité Française, la LNCC et la FNCLCC sur l’implication du médecin traitant dans le parcours de santé mutualiste.

Rappelons qu’en France environ 800.000 personnes vivent actuellement avec un cancer et 2 millions en ont eu un au cours de leur vie. Avec 280.000 nouveaux cas diagnostiqués, soit environ 140.000 adhérents mutualistes, et 150.000 morts par an, le cancer représente la deuxième cause de mortalité et, surtout la première cause de mortalité prématurée.

La lutte contre le cancer fait l’objet d’une mobilisation importante des pouvoirs publics, depuis plusieurs années. Le plan 2003-2007 de mobilisation nationale contre le cancer s’est donné pour ambition de diminuer de 20% la mortalité par cancer et d’améliorer la prise en charge des malades. Le plan a arrêté 70 mesures pour atteindre 5 objectifs : prévenir, dépister, soigner, accompagner ainsi que comprendre et découvrir, et s’est accompagné de la création de l’Institut national du cancer.

La Mutualité Française a décidé lors de son congrès de juin 2006 de s’engager dans une nouvelle stratégie : celle du parcours de santé mutualiste. Le parcours de santé mutualiste est une démarche de l’ensemble des mutuelles pour permettre à tous les adhérents mutualistes d’accéder à la qualité en matière de santé dans tous les domaines : la prévention, le dépistage, les soins, l’accompagnement de la personne malade et de son entourage et la réinsertion.

La lutte contre le cancer figure parmi les quatre thématiques de santé retenues en priorité pour le développement et le déploiement du parcours de santé mutualiste en cohérence avec la dynamique impulsée par les pouvoirs publics. Le cancer n’atteint pas seulement un organe isolé mais touche une personne dans son environnement personnel, familial et social. Au moment où la maladie est diagnostiquée et traitée, c’est souvent toute une famille qui est concernée.

Dans ce contexte, l’approche de la Mutualité Française, dans le cadre du parcours de santé mutualiste, se veut générale : elle porte sur l’ensemble de la pathologie "cancer", quels que soient l’organe atteint et le mode de prise en charge en soins. Elle se veut globale : elle concerne la phase de la prévention et du dépistage, de la maladie, de l’accompagnement et de la réinsertion. Elle se veut spécifique et personnalisée : elle est destinée à la personne et à son entourage.

Le parcours de santé mutualiste sera mis en place progressivement dès janvier 2008.

A propos de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer

Association loi 1901 créée en 1964, reconnue d’utilité publique par décret depuis juin 2004, la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer a pour mission de défendre les intérêts des centres de lutte contre le cancer (CLCC), en particulier auprès des ministères de tutelle, et de développer avec eux des projets pour améliorer la prise en charge des malades et les progrès de la science.

Les centres sont des structures hospitalo-universitaires dont l’activité est dédiée au traitement des cancers. Établissements de santé privés à but non lucratif, les centres assurent des missions de soins, de recherche et d’enseignement ; ils sont financés par l’assurance maladie et contrôlés par le ministère de la Santé.

Les centres offrent un modèle de pratiques fondé sur la multidisciplinarité et partagent des valeurs essentielles telles que la prise en charge globale des patients (prévention, dépistage, traitement) ; l’amélioration permanente de la qualité des soins est un axe fondamental avec la mise en place précoce des mesures du plan cancer comme le dispositif d’annonce, les réunions de concertation pluridisciplinaires, le respect des référentiels de pratiques cliniques, l’accès aux soins de support et l’appartenance à un réseau régional d’oncologie. La recherche clinique est très développée dans les centres et permet ainsi aux patients d’accéder à l’innovation au plus tôt du développement de nouvelles stratégies thérapeutiques.

A propos de la Ligue nationale contre le cancer

Créée en 1918, la Ligue nationale contre le cancer est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d'utilité publique. Elle est une organisation non gouvernementale (ONG) indépendante, reposant sur la générosité du public et sur l’engagement de ses milliers de militants. Forte de ses 727.000 adhérents, la Ligue est un mouvement populaire organisé en une fédération de 103 comités départementaux. Ensemble, ils luttent dans trois directions complémentaires : la recherche (dont elle est le 1er financeur associatif et privé), l’information - la prévention - le dépistage et les actions pour les malades et leurs proches.

Par le biais de ses trois missions sociales parfaitement imbriquées, la Ligue s’est positionnée comme un acteur essentiel dans la définition et la mise en oeuvre du plan cancer. Ses actions, qu’elle mène sur tous les terrains de la lutte contre le cancer, sur l’ensemble du territoire et auprès de toute la population, coïncident avec les objectifs du parcours de santé mutualiste. La Ligue en a notamment initié ou accompagné plusieurs, parmi lesquels :

- l’impulsion et la création, avec le réseau des malades et des proches de la Ligue et l’Inca, du dispositif d’annonce de la maladie qui propose un soutien relationnel, psychologique et social lors de l’entrée en maladie. Cette mesure 40 du plan cancer est directement inspirée des Etats généraux de la Ligue de 1998, de 2000 et de 2003 qui se sont tenus en présence du chef de l’Etat ;

- la démarche d’autorisation qui identifie les établissements délivrant des soins de qualité optimale ;

- son rôle crucial en faveur de l’application du décret Bertrand portant sur l’interdiction totale de fumer dans les lieux accueillants du public.

Parce que, pour la Ligue, contre le cancer, nous avons tous un rôle à jouer, elle se veut le lieu de la mobilisation qui réunit aussi bien les chercheurs, les professionnels de santé que les malades, leurs proches ou les acteurs économiques, sociaux ou politiques.

A propos de la Mutualité Française

Présidée par Jean-Pierre Davant, la Mutualité Française fédère la quasi totalité des mutuelles santé en France. 6 Français sur 10 sont protégés par une mutuelle de la Mutualité Française, soit près de 38 millions de personnes et quelque 18 millions d’adhérents.

Organismes à but non lucratif, ne pratiquant pas la sélection des risques et régis par le code de la Mutualité, les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale.

Les mutuelles disposent également d’un réel savoir-faire médical et exercent une action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers leurs 2.000 services de soins et d’accompagnement mutualistes : hôpitaux, cliniques, centres de santé médicaux, centres dentaires et d’optique, établissements pour la petite enfance, services aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, etc.

La Mutualité Française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales, d’unions départementales et ses services de soins et d’accompagnement.

Contacts presse :

- Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer :

Sabine Gameroff - Tel : 01 76 64 78 00 - mail : s-gameroff@fnclcc.fr

- Ligue nationale contre le cancer :

Karine Ansel – Tél : 01 53 55 24 27 - mail : anselk@ligue-cancer.net

- Mutualité Française :

Christelle Cros - Tél : 01 40 43 63 26 -mail : ccros@mutualite.fr