Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

La Mutualité Française lance la 6e édition de son « Mémento médicament »

Les médecins prescrivent-ils en DCI* ?

Quel est le bilan de la réévaluation des médicaments à SMRI** ?
La Mutualité Française vient de publier la version 2006 de son "Mémento médicament", un dépliant qui, sous la forme de tableaux et de graphiques, donne les chiffres clés du médicament en France pour l’année 2005 et le détail de son financement. Cette 6e édition fait un focus sur les comportements de prescription en DCI des médecins généralistes et spécialistes. Elle dresse également le bilan de la réévaluation des médicaments à service médical rendu insuffisant (SMRI).

Les médecins généralistes prescrivent 2 fois plus en DCI que les spécialistes
Le "Mémento médicament" montre une disparité de comportement de prescription en DCI entre les médecins généralistes et les spécialistes. Ainsi, 8% en moyenne des lignes de prescription des médecins généralistes sont libellées en DCI, contre 4% chez les spécialistes.

Les médicaments à SMRI ont représenté 13,6% des remboursements de médicaments par les mutuelles en 2005, soit 503 millions d’euros
Le "Mémento médicament" constate également que les médicaments à SMRI ont représenté 13,6% des remboursements de médicaments par les mutuelles en 2005, soit 503 millions d’euros.
Les 282 médicaments déremboursés en 2006 ont représenté en 2005 5,2% des remboursements de médicaments par les mutuelles, soit 193 millions d’euros et les veinotoniques 4,6% des remboursements de médicaments par les mutuelles, soit 171 millions d’euros.
Les médicaments à SMRI qui restent à évaluer ont représenté, en 2005, 98 millions d’euros parmi les remboursements de médicaments par les mutuelles. 70% d’entre eux appartiennent à la classe des vasodilatateurs. L’utilisation des médicaments génériques à permis de réduire les dépenses de santé de près d’1 milliard d’euros en 2005

L’édition 2006 du "Mémento médicament" montre enfin que l’utilisation des médicaments génériques a permis de réduire les dépenses de santé en France de près d’1 milliard d’euros en 2005, contre 674 millions d’euros en 2004, soit une progression de 49% entre 2004 et 2005. Ce phénomène aurait pu encore être amplifié de plus de 952 millions d’euros supplémentaires, puisque les économies potentielles évaluées pour 2005 étaient de plus de 1,9 millions d’euros à qualité de soins égale.

Pour atteindre cet objectif, la Mutualité Française compte sur la hausse des prescriptions en DCI, puisque celle-ci est corrélée à la délivrance de médicaments génériques.

DCI : la dénomination commune internationale est mise en place par l’Organisation mondiale de la santé et désigne la substance active ou molécule contenue dans le médicament.
** SMR : le service médical Rendu est évalué par la Commission de la transparence. Il est qualifié de majeur, important, modéré, faible, ou insuffisant (SMRI) pour justifier le remboursement.

A propos de la Mutualité Française
Avec quelque 18 millions d’adhérents, la Mutualité Française représente près de 38 millions de personnes protégées par une mutuelle régie par le code de la Mutualité, soit 6 Français sur 10. Les mutuelles fédérées par la Mutualité Française interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale. Elles exercent également une réelle action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers leurs 2.000 établissements et services de soins et d’accompagnement mutualistes : cliniques, centres de santé, centres dentaires et d’optiques, services de soins aux personnes âgées et handicapées, etc. La Mutualité Française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales, d’unions départementales et ses services de soins et d’accompagnement.