croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Reste à charge zéro : définir un panier de soins en optique et dentaire

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, lors d'un rendez-vous le 21 novembre avec l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis).

Dans le cadre du reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse, un "panier de soins nécessaires" doit être défini, a indiqué le 21 novembre 2017 Agnès Buzyn, ministre de la Santé, lors d'un rendez-vous avec l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis). Les premières pistes d'action sont attendues courant 2018.

"L'objectif du reste à charge zéro n'est pas d'avoir une prise en charge à 100% par les organismes complémentaires et la Sécurité sociale, quel que soit l'acte ou le dispositif médical", a indiqué le 21 novembre 2017 Agnès Buzyn, ministre de la Santé, lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis). "Nous ne sommes pas là pour offrir une monture Chanel à tout le monde", a-t-elle ironisé.

"Pas forcément très restrictif"

Pour la ministre de la Santé, il n'est pas question de rembourser à 100% "des prothèses haut de gamme pour tous, des verres antireflets ou qui filtrent de la lumière bleue". Autrement, "le surcoût serait considérable". "Ce qui compte pour moi, c'est ce que tous les Français aient accès à ce qui est nécessaire, sans reste à charge", a-t-elle ajouté.

Ce chantier d'envergure, qui porte sur les secteurs du dentaire, de l'optique et de l'audioprothèse, repose donc sur la définition d'un "panier de soins nécessaires" auquel "tout le monde aura accès", a expliqué Agnès Buzyn. Il s'agit de déterminer "ce qui est indispensable, et pas forcément très restrictif", afin que les patients soient bien soignés.

La prévention renforcée

Le calendrier de mise en œuvre a été quelque peu détaillé. En dentaire, les premières propositions sur le reste à charge zéro devraient intervenir "dans le courant de l'année 2018", espère la ministre.

Lors de la réouverture des négociations conventionnelles, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a, en effet, inscrit le panier de soins nécessaires à l'agenda des discussions. "Il semble que les partenaires soient en train d'aboutir à un accord sur ce que serait le panier de soins indispensables", ajoute-t-elle. La prévention devrait notamment être renforcée.

"En optique et en audioprothèse, nous commençons tout juste les consultations et concertations, de façon totalement indépendante car les filières sont très différentes", poursuit la ministre de la Santé. Son objectif est d'avoir "un bon cadrage" courant 2018.

Pour autant, Agnès Buzyn déclare ne pas être sûre d'aboutir à un reste à charge zéro pour le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. "Nous avons un peu de marge", estime-t-elle tout en rappelant que le président de la République, Emmanuel Macron, s'est fixé comme objectif "le courant du quinquennat".

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)