Présidentielle 2017 : la Mutualité Française interpelle les candidats dans la presse

Adressée aux candidat(e)s à l'élection présidentielle, cette lettre ouverte, publiée à compter de vendredi 17 mars 2017 dans la presse, vise à les interpeller sur les questions du reste à charge pour les assurés et de l'organisation du système de santé.

Après le grand oral, l'écrit. Dans le prolongement du rendez-vous Place de la santé, le 21 février 2017, au cours duquel cinq candidats à l'élection présidentielle ont été confrontés aux attentes des Français en matière de santé et de protection sociale, la Mutualité Française publie, ce vendredi 17 mars, une "Lettre ouverte" aux postulant (e) s à la présidence de la République. L'objectif est de les interpeller sur les préoccupations de nos concitoyens, pour réduire le reste à charge et mieux organiser le système de santé.

"Les Français s’inquiètent de l’augmentation des sommes leur restant à payer après remboursement de la Sécu et de leur mutuelle, plus de 40 % en 15 ans, deux fois plus que l’inflation. Demande de santé et de prévention toujours plus forte, progrès technologique, vieillissement, les dépenses continuent de croître. La santé doit demeurer accessible à tous. Il en va de votre responsabilité ", écrit la Mutualité Française.

Des garanties solidaires

Comme le constate le mouvement mutualiste, "le cadre actuel peine à mieux organiser le système de santé, à mieux penser les relations entre acteurs, à mieux utiliser les ressources publiques et privées. L'Etat, seul, ne peut pas tout". Dès lors, plaide la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF), il convient de faire confiance aux différents acteurs "qui œuvrent quotidiennement dans les territoires au plus près de la réalité des Français" : mutuelles, élus locaux, professionnels de santé…

Pour sa part, la Mutualité regroupe "2 600 établissements, de la maternité à la maison de retraite, du cabinet médical au centre hospitalier, [qui] offrent des prises en charge de qualité à des tarifs maîtrisés", rappelle la FNMF. "Chaque jour, nous négocions le prix et la qualité d’équipements médicaux et réduisons ainsi le reste à charge de nos adhérents. Chaque jour, nous développons des actions de prévention pour tous les publics jusque dans le cadre professionnel. Chaque jour, nous proposons des garanties solidaires pour couvrir les besoins en santé", poursuit-elle.

Cette "Lettre ouverte" sera publiée dans la presse quotidienne nationale du 17 au 19 mars 2017, puis dans la presse quotidienne régionale le 20 mars.

 

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)