Personnes âgées : le logiciel Saphir stimule la vision pour éviter les chutes

Prévenir les chutes des personnes âgées grâce à des exercices destinés à améliorer leurs capacités visuelles et leur mémoire : c'est l’objectif du logiciel Saphir présenté le 18 avril, à Angers (Maine-et-Loire). Une étude, réalisée avec la faculté de médecine, devrait montrer la pertinence de cet outil créé par le centre régional basse vision, géré par la Mutualité Française Anjou-Mayenne.

Chaque année, environ 400.000 personnes âgées de plus de 65 ans sont victimes d’une chute. L’avancée en âge accroit ce risque, puisque c’est le cas de 80% des plus de 85 ans. Pour éviter ces accidents, susceptibles d’avoir de graves répercussions, notamment sur l’entrée dans la dépendance, le centre régional basse vision et troubles de l’audition (CRBVTA), géré par la Mutualité Française Anjou-Mayenne (Services de soins et d'accompagnement mutualistes), situé à Angers (Maine-et-Loire), a développé un logiciel d’entraînement de la vision et de la mémoire baptisé "Saphir".

Saphir a été présenté le 18 avril par ses concepteurs, Claude Marcheteau et Jérôme Surut. Orthoptiste à l’institut Montéclair, aujourd’hui à la retraite, Claude Marcheteau a développé une première version de Saphir dès 2010 avec Jérôme Surut, informaticien et ancien élève de l’institut Montéclair.

Explorer le champ visuel

Les exercices proposés sur un très grand écran visent à stimuler la mémoire, par des jeux de type Mémory®, et à faire travailler la vision sous différents aspects comme l’entraînement au balayage du champ visuel, jusqu’à inciter les participants à tourner la tête dans toutes les directions. Il permet également de réaliser des exercices oculomoteurs, comme des poursuites visuelles ou des saccades. Ces exercices, sous forme de jeux, ont pour but d’entretenir ou développer les capacités visuelles pour mieux repérer, anticiper et éviter les obstacles.

Une première phase de test a été réalisée par Claude Marcheteau auprès d’une dizaine de personnes âgées de la résidence mutualiste Pablo Picasso, à Angers. Elle a permis de vérifier les gains obtenus par les participants, après cinq séances d’entraînement d’une demi-heure.

Désormais, tout est prêt pour lancer une "étude scientifique d’impact réalisée par une doctorante en neuropsychologie de l’université d’Angers", indique la Mutualité Française Anjou-Mayenne (Services de soins et d'accompagnement mutualistes). Ce travail devrait être initié dans les prochaines semaines. Un panel de résidents volontaires, dans trois établissements mutualistes d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de la région, sera sollicité. Le résultat de cette étude sera disponible début 2014.

Milène Leroy

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)