croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Parité hommes-femmes : la Mutualité lance MutElles

Pour accélérer le mouvement vers la parité dans les instances des mutuelles, la FNMF lance le 1er juin, à Paris, le réseau des femmes en Mutualité baptisé MutElles.

En matière d'égalité hommes-femmes, les lois ne manquent pas, mais les faits restent têtus. Un exemple parmi tant d'autres : en 1972, le législateur pose le principe de l'égalité des rémunérations et en 2006, une nouvelle loi est adoptée sur l'égalité salariale. Et pourtant, l'écart de salaires entre les hommes et les femmes est toujours considérable. Secteur privé et public confondus, il est de 19,2%, comme le montrent les "Chiffres clés 2016 vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes", publiés en mars 2016 par le ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.

Ecart moyen de retraite brute entre femmes et hommes en 2011

ecart-retraite-femmes-hommesSource : ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes. Vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, chiffres-clés, édition 2016.

Au niveau politique, il existe un véritable corpus législatif pour faire entrer la parité dans les faits : la première loi date de 2000 et contraignait les partis politiques à présenter un nombre égal de candidats et de candidates lors des scrutins. Constat : des progrès ont certes été réalisés, mais du chemin reste encore à parcourir. En guise d'illustration, si les principales assemblées politiques (Assemblée nationale, Sénat, conseils régionaux, départementaux, municipaux) se sont féminisées, la présidence de ces instances reste majoritairement masculine. Ainsi, dans les conseils départementaux, le taux de conseillères a bondi de 13,8% en 2011 à 50% en 2015, et les présidences féminines sont passées dans cette même période de 5% à 9,9%, soulignent les "Chiffres clés 2016 vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes".

Part des femmes dans les principales assemblées politiques et comparaison avant/après les lois de parité

La part des femmes dans les assemblées politiquesSource : ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes. Vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, chiffres-clés, édition 2016.

Le respect de la loi ou l'amende

Dans le monde de l'entreprise, une loi de 2011 prévoit l’instauration progressive de quotas pour aller vers la féminisation des conseils d'administration et de surveillance des entreprises cotées en bourse et des entreprises publiques. Objectif fixé : un taux de féminisation des instances dirigeantes de 40% en 2017. Un rapport conjoint du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) et Conseil supérieur à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP), rendu public le 10 février 2016, dresse un bilan de cette loi. Les entreprises du CAC 40 font figurent de bon élève puisque "la part des femmes a triplé entre 2009 et 2015" dans les conseils pour atteindre 34%. Il faut dire qu'en cas de manquements à la législation, ces entreprises sont passibles de sanctions financières…

En revanche, poursuit ce rapport, "les quelque 400 entreprises non cotées concernées par la loi (entreprises de 500 salarié(e)s et plus, et de 50 millions de chiffre d'affaires et plus), avec une première estimation à 14,2% de femmes semblent très en deçà des objectifs attendus".

Une gouvernance à l'image des adhérent(e)s

Pour les mutuelles (comme pour les associations et les fédérations sportives), c'est la loi d'août 2014 sur l'égalité réelle entre les hommes et les femmes qui crée l'obligation d'une proportion de femmes d'au moins 40% dans les conseils d'administration, à l'horizon de l'année 2021. Pour dynamiser la parité au sein du mouvement mutualiste, la FNMF lance le 1er juin 2016, à la Maison de la Mutualité (Paris), le réseau des femmes en Mutualité baptisé MutElles. "Actuellement, ce taux est de 23%, mais il cache d'importantes disparités, car dans certaines mutuelles, il se situe bien au- dessus des 40%", indique Dominique Joseph, présidente de Mut'Elles et trésorière générale adjointe de la FNMF.

Au-delà de l'obligation législative, la volonté est d'avoir une gouvernance qui "soit à l'image de la collectivité des adhérentes et des adhérents", poursuit Dominique Joseph. Ainsi, MutElles vise à inciter les femmes à prendre plus de responsabilités dans les instances des mutuelles. Le réseau, destiné aux élues et aux salariées, agira comme un lieu d'échanges d'expériences et de propositions. Il aura également pour mission de sensibiliser les groupements mutualistes à l’enjeu de la mixité femmes/hommes et d'évaluer la progression de la représentation des femmes au sein des conseils d’administration. Enfin, il pourra bénéficier de "sponsors" et de soutiens, féminins comme masculins.

"Cette loi constitue une véritable opportunité pour accélérer le processus de féminisation des instances. A nous tous et toutes de poursuivre notre engagement dans cette voie", exhorte Dominique Joseph.

Mixité : l'efficacité des réseaux féminins

Le 1er juin, le premier débat portera sur le réseau comme "moyen efficace pour accélérer la mixité hommes-femmes". Il réunira, outre Dominique Joseph, présidente de Mut'Elles, Nicole Etchegoïnberry, présidente du directoire des Caisses d'épargne Loire Centre et présidente de Elles du groupe BPCE, un blog dont la vocation est d'être une "vitrine des actions que mènent les femmes pour défendre et promouvoir la mixité". Autre intervenante : Catherine Ladousse, directrice exécutive communication de Lenovo, une entreprise d'informatique, également présidente du cercle InterElles. Créé en 2001, ce cercle vise notamment à promouvoir l'égalité des chances en entreprise.

Lors d'une seconde table ronde, des femmes occupant des postes à responsabilités en Mutualité témoigneront de l'apport de réseau féminin pour la parité. Il s'agit d'Emmanuelle Caillé, directrice de l'union régionale Pays de la Loire, Martine Carlu, directrice Pôle santé bien vivre d'Inter mutuelles assistance, d'Annie Coutarel, directrice générale de l'UMG prévoyance de la Smerep, et de Stéphanie Soares, secrétaire du bureau de Macif Mutualité

Enfin, le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, et Martine Marandel-Joly, présidente du Conseil national des femmes françaises (CNFF) et membre du Conseil international des femmes (CIF), clôtureront cette manifestation.

En savoir +

Le blog de Elles du groupe BPCE.

Le cercle InterElles.

Le site Internet du HCEfh.

Le Conseil supérieur à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP).

Le Conseil national des femmes françaises (CNFF).

Le Conseil international des femmes (CIF).

Télécharger le programme au format pdf.

Pour s'inscrire à la manifestation de lancement du réseau MutElles

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)