croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Obligatoires ou recommandés : tous les vaccins sont importants

Seules les vaccinations contre le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite sont obligatoires pour la population hexagonale. Les autres sont recommandées. Le point sur la réglementation de la vaccination avec le Pr Christian Perronne, du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Vous présidez la Commission spécialisée sécurité sanitaire après avoir longtemps été à la tête du Comité technique des vaccinations. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi certaines vaccinations sont obligatoires et d’autres recommandées ?

Pr Christian Perronne – En France, l’obligation historique de se faire vacciner n’a été maintenue que pour des maladies qui occasionnent des symptômes gravissimes, comme le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite. Pour ces pathologies, le risque de décès ou de séquelles lourdes est encore jugé trop élevé. Pour autant, les vaccinations recommandées ne doivent pas être prises à la légère ! En effet, si le risque est jugé moins élevé, il est toujours significatif. Dans les faits, la recommandation est privilégiée, car l’obligation peut provoquer une opposition ou des réticences, ce qui n’est pas le but recherché !

La décision de ne pas rendre une vaccination obligatoire est-elle liée au coût de son remboursement par l'assurance maladie ?

Pr Christian Perronne – La décision de rendre une vaccination obligatoire ou recommandée est uniquement dictée par le souci médical de protéger la population de la manière la plus sûre et la plus efficace. Mais elle ne conditionne pas le taux de remboursement du vaccin par la Sécurité sociale. Celui-ci est fixé de manière transparente, principalement en fonction du service médical rendu par le vaccin.

Que risque-t-on à ne pas respecter l'obligation vaccinale ?

Pr Christian Perronne – En théorie, des amendes et des peines d’emprisonnement sont prévues par le Code de la santé publique. Elles concernent notamment les personnes titulaires de l'autorité parentale ne s’étant pas personnellement assurées que le mineur dont ils ont la charge a bien été vacciné contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos. Mais à ma connaissance, aucune sanction de ce type n’a jamais été appliquée.