croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

NutriNet-Santé recherche 500.000 internautes volontaires

L’étude française NutriNet-Santé est lancée depuis le début de l'année sur Internet. Son objectif : identifier l'influence de l'alimentation sur la santé de la population. Un demi-million de "nutrinautes" volontaires sont recherchés pour participer à cette grande aventure scientifique et humaine.

Vous êtes directeur de recherche à l'Inserm et professeur de nutrition à l’université de médecine Paris 13. Pourquoi cette étude, dont vous êtes l'investigateur principal, peut-elle être considérée comme une première mondiale ?

Pr Serge Hercberg - Jusqu'à présent, des recherches faites sur la population ont mis en évidence l'influence de l'alimentation dans la survenue de maladies comme le cancer, le diabète, l'obésité, l'hypertension ou d'autres pathologies cardiovasculaires. Mais ces études dites "de cohorte", impliquant le suivi d'un certain nombre de personnes pendant plusieurs années, n'avaient pas l’envergure du projet NutriNet-Santé.

Grâce à Internet, nous avons aujourd'hui la possibilité de collecter énormément d'informations sur un très grand nombre de personnes. Ce gigantesque travail de recherche, pour lequel nous avons besoin d'un demi-million de participants, doit permettre au final d'établir des recommandations nutritionnelles afin d'améliorer la santé de la population actuelle et des générations futures.

En quoi consiste l'engagement d'un "nutrinaute" ?

Cet engagement est un acte citoyen et bénévole. Il s'agit avant tout de participer à une grande aventure scientifique et humaine. Chaque "nutrinaute" sera un acteur de la recherche en consacrant une vingtaine de minutes par mois pour répondre à des questionnaires en ligne sur sa santé, son mode de vie, ses habitudes alimentaires, son activité physique...

Toutes les personnes âgées de plus de 18 ans, habitant en France métropolitaine, peuvent devenir membres de la cohorte NutriNet-Santé : il n'y a aucune contre-indication puisque nous voulons avoir une photographie de la population générale. Participer à cette étude est à la portée de tous. Les questions sont simples et nous avons développé des écrans animés, des vidéos explicatives pour les personnes qui n’ont pas l'habitude d'utiliser Internet.

La confidentialité est-elle garantie pour les participants ?

Nous avons obtenu l'accord des autorités compétentes, le Comité consultatif sur le traitement de l'information en matière de recherche dans le domaine de la santé (CCTIRS) ainsi que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Les données de santé sensibles sont conservées sur un serveur informatique à part, elles ne peuvent pas être croisées avec les données nominatives. L'anonymat est totalement préservé pour les participants. Seuls les chercheurs responsables de l'étude traitent les informations dans le plus strict respect de la confidentialité. Les résultats de cette étude ne seront utilisés qu'à des fins scientifiques et leur publication ne comportera aucun résultat individuel.

Quelle est la durée de cette étude et quand les premiers résultats seront-ils disponibles ?

Nous partons sur un suivi des "nutrinautes" pendant au moins cinq années. Nous aurons alors une puissance suffisante pour valider un certain nombre d'hypothèses et en suggérer d'autres. Quant aux premiers résultats, ils seront disponibles d'ici moins d'un an : l'utilisation d'Internet va nous permettre de sortir des chiffres très rapidement. Les participants seront d'ailleurs informés en priorité de l'état d'avancement de notre étude.

Qui coordonne cette étude ?

Cette étude est coordonnée par l'unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Uren) que je dirige. Elle est constituée de médecins, d'épidémiologistes, de statisticiens et de biologistes qui ont une grande habitude des études épidémiologiques et du suivi de cohorte.

Propos recueillis par Joëlle Maraschin