croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicaments insuffisants : troisième vague de déremboursement

La Haute Autorité de santé publie une liste de 133 médicaments dont le service médical rendu aux patients est jugé insuffisant. Parmi eux figurent les vasodilatateurs périphériques utilisés notamment contre les troubles de la mémoire des personnes âgées. Le gouvernement doit désormais choisir entre un déremboursement total ou partiel de ces médicaments.

La Haute Autorité de santé (HAS) passe un nouveau coup de balai ! Ses experts viennent de rendre leur avis sur les médicaments à service médical rendu insuffisant (SMRI). Sur les 238 derniers médicaments réévalués, 133 ont été jugés "insuffisants" par cette expertise scientifique. Selon cet avis, rendu public le 19 octobre 2006, ces médicaments ne présentent pas un service médical rendu suffisant pour justifier leur prise en charge par la "Sécu".

Vasodilatateurs

Parmi ces médicaments, figurent les vasodilatateurs périphériques. Ils sont notamment indiqués dans le traitement des troubles de la mémoire et les problèmes neuro-sensoriels des personnes âgées. Dans son avis, la HAS précise que le traitement de ces troubles relève aujourd’hui "d’une prise en charge médico-sociale". Faute de traitements alternatifs, elle demande au gouvernement de renforcer la recherche dans ces domaines.

En attendant leur déremboursement total, la HAS préconise de mettre en place une période de transition pendant laquelle la prise en charge de la "Sécu" sera diminuée. Il appartient désormais au ministère de la Santé de trancher sur cet éventuel déremboursement progressif.

A noter que de nombreux médicaments utilisés dans les pathologies cardiovasculaires, telles que l’hypertension artérielle ou l’angine de poitrine, ont des propriétés vasodilatatrices importantes. Mais, ces médicaments ne sont pas classés parmi les vasodilatateurs périphériques : leur efficacité n’est absolument pas remise en cause par la HAS.

Antidiarrhéiques et antitussifs

Certains antidiarrhéiques, comme Ercefuryl® ou nifuroxazide, ont également été jugés insuffisants par les experts de la HAS. Ils rappellent que "la priorité de la prise en charge thérapeutique de la diarrhée aiguë doit être la réhydratation, tout particulièrement chez le nourrisson." Dans ce cas ils recommandent de boire beaucoup d’eau et d’utiliser des solutés de réhydratation orale.

Enfin, quelques traitements prescrits contre la toux et certaines affections ORL, comme Pneumorel®, sont aussi classés parmi les médicaments insuffisants.

Il appartient désormais au gouvernement de tenir compte ou non de l’avis de la HAS pour prononcer le déremboursement de ces médicaments. Si l’un de ces produits fait partie de votre traitement habituel, c’est le moment d’en parler avec votre médecin traitant. Il peut vous proposer des alternatives thérapeutiques ou alléger votre ordonnance.