croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Master « protection sociale complémentaire » : les inscriptions sont ouvertes

Les inscriptions à la 4e promotion du master "protection sociale complémentaire" sont ouvertes jusqu'au 30 juin prochain. Cette formation, créée en 2005 par la Mutualité française en partenariat avec l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, accueille une quinzaine d'élèves chaque année. Elle est ouverte à tous les titulaires d'un bac+4 (master 1), qu'ils soient ou non en activité. Présentation.

Le recrutement de la 4e promotion du master "protection sociale complémentaire" vient de débuter. Les postulants ont jusqu'au 30 juin pour envoyer leur dossier. Ce master 2, de niveau bac+5, a été créé par la Mutualité française, en partenariat avec l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette formation pluridisciplinaire prépare les étudiants à des fonctions de direction, d'administration, d'études et statistiques ou encore de communication au sein des organismes mutualistes.

Elle s'adresse à l'ensemble des titulaires d'un bac +4 (niveau master 1) : salariés en activité depuis plus d'un an, étudiants titulaires d'une maîtrise dans les domaines économiques et sociaux, chômeurs... "Ce diplôme vise à former des généralistes capables de s'adapter à un secteur en pleine mutation", explique Fabienne Lavalette, consultante formatrice à la Mutualité française. "Les lauréats des précédentes promotions ont entre 22 et 65 ans et viennent d'horizons très différents : juristes, responsables de la prévention, travailleurs sociaux... Cette grande hétérogénéité fait toute la richesse de la formation".

Le master comprend cinq modules : cadre juridique, économie de la protection sociale et politiques publiques, outils de gestion, études et statistiques, ainsi qu'un mémoire soutenu en fin de formation. Ce travail de recherche bénéficie d'un suivi par un responsable pédagogique tout au long de l'année. Les thèmes sont très divers et touchent à des sujets liés à la santé, à la protection sociale, à la gestion des établissements de santé etc. "Bien souvent, ces travaux servent d'outil de réflexion pour les groupements mutualistes", explique Fabienne Lavalette.

Les cours se tiennent à Paris pendant un an à raison de deux jours consécutifs toutes les deux semaines, pour un total de 350 heures. "Cette formule convient particulièrement bien aux salariés en activité, dans le cadre d'une formation continue, conclut Fabienne Lavalette. Mais elle intéresse aussi les étudiants, qui peuvent la mener tout en ayant un job à coté." Début des cours, à la mi septembre.

Philippe Rémond

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)