Ehpad : une convention pour développer l’hospitalisation à domicile

Générations mutualistes, le GHMF et sept fédérations ont signé le 20 mai un partenariat pour favoriser le développement de l’hospitalisation à domicile (HAD) en Ehpad.

A l’occasion des salons "Santé autonomie", neuf fédérations représentant l’hospitalisation à domicile (HAD) et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ont signé le 20 mai, à Paris, une convention de partenariat, en présence de Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie. Objectif : élaborer des pistes de travail afin d’améliorer dans les Ehpad la prise en charge en HAD et permettre à l’ensemble des résidents d’y avoir accès.

Ce partenariat, dont Généra­tions mutualistes et le Grou­pement hospitalier de la Mutualité Française (GHMF) sont parties prenantes, a d’ores-et-déjà abouti à la réalisation d’une enquête commune, menée au cours du premier semestre 2015. Les premiers résultats font ressortir la forte croissance de l’intervention des établissements d’HAD dans les Ehpad.

Autorisée depuis 2007, cette prise en charge a "été multipliée par trois entre 2009 et 2013 et représente désormais plus de 200.000 journées d’HAD par an" indique un communiqué de presse commun des fédérations. Toute­fois, l’enquête met en évi­dence une forte variabilité du pourcentage des journées d’HAD réalisées en Ehpad, d’une région à l’autre : "Cette variabilité est encore plus forte entre les établissements, suggérant l’existence d’un potentiel de développement de ce mode d’intervention au bénéfice des résidents et des équipes des Ehpad."

Il apparaît également que les équipes coordinatrices des Ehpad sollicitent l’hospitalisation en résidence principalement en cas de pansements complexes, de soins spécifiques ou palliatifs, de traitements intraveineux et pour la prise en charge de la douleur.

Dans leur ensemble, les professionnels estiment que "les bénéfices sont multiples avec une réduction du nombre d’hospitalisation et de la durée d’hospitalisation, une amélioration de la qualité de vie et de la prise en charge des résidents". Autre avantage : cette forme d’hospitalisation instaure "une nou­velle dynamique au sein des équipes en Ehpad".

Bonnes pratiques professionnelles

Avec la signature de la convention, les fédérations visent à renforcer leur collaboration pour améliorer "la connaissance mutuelle des acteurs impliqués" et "accompagner les professionnels des services d’HAD et des Ehpad dans leurs démarches de coopération". Des travaux communs seront engagés afin, entre autres, de "diffuser les bonnes pratiques professionnelles identifiées lors de l’enquête" et d’"organiser, au sein des réseaux professionnels, des actions de sensibilisation, de promotion et de communication sur l’intervention de l’HAD en Ehpad".

Enfin, les différentes fédérations ont salué la présence de Laurence Rossignol lors de la signature de la convention, signe "de l’attachement des pouvoirs publics à soutenir le maintien en Ehpad des résidents en évitant le recours à l’hospitalisation avec hébergement lorsqu’il n’est pas strictement nécessaire".

Sophie Lecerf

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)