Dijon : un pôle santé mutualiste facilite les parcours des personnes âgées

Natacha Monnot, directrice générale de la Mutualité Française bourguignonne Ssam.

Thierry Beaudet, le président de la Mutualité Française, visite, ce 21 octobre 2016, le pôle santé Valmy, à Dijon, dans le cadre d'une série de "rendez-vous terrain" en région. Celui-ci regroupe un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), un service de soins de suite et de réadaptation (SSR) et un établissement et service d'aide par le travail (Esat). Interview de Natacha Monnot, directrice générale de la Mutualité Française bourguignonne Ssam (services de soins et d'accompagnement mutualistes).

Depuis 2013, le pôle santé Valmy regroupe sur un même site un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), un service de soins de suite et de réadaptation (SSR) et un établissement et service d'aide par le travail (Esat). Comment se sont organisées les synergies entre ces structures ?

Natacha Monnot – Notre objectif, c'est avant tout de décloisonner les activités sanitaires et médico-sociales, notamment en gériatrie, afin de faciliter les parcours de soins des personnes âgées et de mutualiser les moyens.

L'occasion s'est présentée lorsque la clinique Bénigne Joly, dont nous sommes l'actionnaire principal, a créé un service de soins de suite et de réadaptation. Au même moment, nous devions reconstruire un de nos Ehpad. Nous avons profité de cette opportunité pour installer ces deux établissements sur un même site.

La Mutualité Française bourguignonne Ssam a une longue expérience dans la prise en charge des personnes âgées, et la filière gériatrique a  porté ce projet.

Dans un second temps, nous avons eu l'idée de confier la gestion de la cuisine centrale à l'Esat mutualiste Le Mirande, qui assure la restauration du complexe. Enfin, la ville de Dijon et le grand Dijon ont été étroitement associés à la construction de ce grand quartier "Dijon-Valmy". Le pôle a été intégré au tracé du tramway, dont l'arrêt se trouve juste en face de l'Ehpad.

En pratique, quelles sont les interactions entre les différentes équipes du pôle ?

Natacha Monnot – L'Ehpad et le SSR bénéficient d'une gouvernance commune : nous avons un seul et même directeur de site. Sont également communs aux deux établissements le responsable hôtelier et le cadre santé.

Certains locaux sont partagés, notamment l'espace Snoezelen (lire notre article sur ces espaces sensoriels). Toutefois, chaque établissement fonctionne de manière indépendante. Les patients que nous prenons en charge dans le service SSR gériatrique sont orientés par les services de médecine gériatrique de la clinique Bénigne-Joly ou par le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon, avec lequel nous avons signé une convention de partenariat. Mais il arrive qu'à leur sortie de service SSR, certains patients intègrent directement l'Ehpad.

De quelle manière les services de la Mutualité Française bourguignonne Ssam s'inscrivent-ils dans l'offre de soins du bassin dijonnais ?

Natacha Monnot – Ils en sont un maillon essentiel. A titre d'exemple, la clinique Bénigne Joly vient de créer douze lits en médecine gériatrique et en créera douze supplémentaires en janvier 2017. Ce qui élargit encore, sur ce territoire, les possibilités d'orientation des personnes âgées, lorsqu'elles ont besoin d'un bilan ou d'une hospitalisation en cas d'épisode aigu.

Dans le service de soins de suites, nous avons également développé un centre de nutrition qui propose des programmes d'éducation thérapeutiques personnalisés aux personnes souffrant d'obésité ou de pathologies digestives. Il permet ainsi d'accueillir les patients qui ont bénéficié de chirurgie bariatrique dans notre clinique Bénigne Joly, dont c'est l'une des spécialités.

Enfin, l'Ehpad dispose d'une unité Alzheimer avec un pôle activités et de soins adaptés (Pasa), qui propose aux résidents des activités de socialisation, des ateliers mémoire et de la gym douce.

Propos recueillis par Sophie Lecerf

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)