croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

« Cocktail d’enfer »: le journal d’un manipulateur

"Cocktail d’enfer. Carnet 103" est le titre du dernier Polar santé. Co-édité par la Mutualité française et les éditions Pascal, ce roman est sorti le 22 mai en librairie. Il s’agit du journal d’un lobbyiste qui travaille pour des cigarettiers et des alcooliers. Cette fiction décortique les méthodes sans scrupule utilisées par ce spécialiste pour servir les intérêts de ses clients.

Dans ce milieu-là, le cynisme est une qualité professionnelle. Ce milieu, c’est celui des lobbyistes auquel appartient le personnage principal du dernier Polar santé, co-édité par la Mutualité française et les éditions Pascal. Intitulé "Cocktail d’enfer. Carnet 103", cet ouvrage est paru le 22 mai en librairie.

Les méthodes de ce spécialiste de l’influence – "l’un des meilleurs" – sont sans scrupule. "Je ne m’embarrasse pas de moralité. La majorité des lobbyistes reste propre, ça m’a toujours laissé le champ libre", écrit-il dans son carnet. Car "Cocktail d’enfer" se présente sous la forme d’un journal, celui de cet homme de 45 ans, diplômé d’études supérieures de philosophie qui a troqué, par le hasard d’une rencontre, la recherche de la vérité pour celle des intérêts de ses clients (et les siens !) : des cigarettiers, des alcooliers, mais aussi des "industriels commercialisant des produits cancérigènes" ou encore "des firmes pharmaceutiques ennuyées par des victimes de médicaments trop rapidement mis sur le marché".

Seule compte la santé financière

Son job : convaincre l’opinion publique des bienfaits des drogues licites commercialisées par ses clients, pousser à la consommation en toute connaissance des méfaits et de la dangerosité de leurs produits. Particulièrement bien informé, il n’ignore rien des dangers du tabac dont il consigne la très longue liste dans son carnet (pages 125 à 128). Celle des cancers est déjà impressionnante : cancer du poumon, de la langue, des lèvres, du pharynx, du larynx, de l’oesophage. Mais aussi des reins, de la vessie, du sein et du col de l’utérus quand la cigarette est associée à l’alcool. Ce n’est pas tout : le tabac est également responsable d’affections respiratoires, de bronchites chroniques, de la réduction du nombre et de la vivacité des spermatozoïdes, d’infarctus du myocarde ou encore de rupture d’anévrisme.

Quant aux cigarettes dites "light", elles n’ont de légèreté que le nom. "Les lights, c’est une belle arnaque, ça te pourrit encore plus les bronches, ça remonte plus profond à l’intérieur parce que t’aspires deux fois plus. D’ailleurs, ce mot "light", des types se sont creusé la cervelle pour le trouver. Et si tu savais le nombre de saloperies que ça contient... Ammoniaque, plomb, mercure, cadmium, cyanure..." Mais pour lui, la seule santé qui compte est la santé financière des actionnaires.

Mais, un jour, l’édifice s’écroule car un journaliste en sait trop... Dès lors, le lobbyiste devient la proie de ses clients. Il s’ensuit une véritable chasse à l’homme qui entraîne dans sa course sa femme et son fils, contraints à l’exil.

Manipuler les sentiments

Organisé sous la forme d’un journal qui débute le 1er janvier 2008, "Cocktail d’enfer" décortique les méthodes de ces manipulateurs d’opinion. Leur utilisation des mots qui font mouche comme "liberté" ou "désir", destinés à contre-carrer le discours responsable des autorités sanitaires. Ils n’hésitent pas à récupérer des sentiments de l’adolescence (la transgression, le goût de la provocation) pour mieux vendre des boissons alcoolisées, ces "cocktails d’enfer" au nom évocateur : "Satanic Bomb", "Electrochoc", "Toxic explosive".

L’autre intérêt de ce livre, plus littéraire, tient au personnage principal. Ce "pur-sang du baratin", comme il se définit lui-même, n’est pas fait d’un bloc. C’est un être tourmenté, qui doute, allant même jusqu’à avouer : "J’ai toujours tenu en piètre estime la manière dont je gagne ma vie." Aveu de sincérité ou manipulation ultime ?

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)