Cancer et addictions : coup d’envoi du parcours de santé mutualiste

Le 38e congrès de la Mutualité Française s’est achevé samedi 10 juin par le discours de clôture de son président, Jean-Pierre Davant, et celui du ministre de la Santé, Xavier Bertrand. Premiers chantiers concrets du parcours de santé : le cancer et les addictions.

L'idée du parcours de santé mutualiste "est née de notre volonté d'offrir à chacun les mêmes chances face à la maladie", a affirmé le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant, lors du discours de clôture du 38e congrès, le 10 juin 2006. "C'est une démarche commune des mutuelles pour permettre à tous les adhérents qui le souhaitent d'accéder, chaque fois que nécessaire, au meilleur des connaissances, des techniques et des soins."

Le parcours de santé mutualiste veut étendre cette démarche de qualité à tous les domaines de la santé : prévention, dépistage, soins curatifs et accompagnement des personnes en situation de handicap ou de dépendance. Cette volonté de modernisation du système de santé pour lutter contre toutes les formes d'inégalités est largement inscrite au sein de la résolution votée démocratiquement par les 3.687 délégués mutualistes en fin du congrès.

Des prestations spécifiques pour les adhérents

Le président de la Mutualité a aussi évoqué les deux premiers champs d'application du parcours de santé mutualiste : le cancer et les addictions. Pour aider les victimes du cancer, les mutuelles pourraient proposer des prestations spécifiques à leurs adhérents comme la prise en charge personnalisée, les consultations pluridisciplinaires, la possibilité d’un second avis médical, des indicateurs de résultat sur les services et les établissements de soins.

Elles pourraient également orienter les malades qui souffrent d'addiction vers "un médecin formé à ce type de pathologie". Cette orientation représenterait un progrès considérable pour des centaines de milliers de familles désemparées, confrontées à de telles situations. En effet, "les dépendances au tabac, à l'alcool, à l'héroïne, au cannabis et autres substances, mais également aux aliments qui débouchent sur des surpoids considérables" trouvent dans le système actuel des "réponses d'un autre temps", a déploré Jean-Pierre Davant.

Plus vite que la réforme de l'assurance maladie

Le ministre de la Santé, intervenant en clôture du congrès, a annoncé, pour sa part, la création d'un "plan contre les addictions d'ici l'été". Il a également confirmé la réalisation d'Etats généraux de la prévention "avant la fin de l'année" et l'ouverture du "dossier médical personnel (DMP) à partir de juillet 2007". Xavier Bertrand a constaté que "le parcours de santé mutualiste va, en définitive, plus vite que la réforme, car il dessine ce que nous voulons mettre en place pour les assurés sociaux. Votre parcours de santé, basé sur la transparence et l’amélioration de la qualité, va dans le bon sens", a-t-il déclaré aux délégués mutualistes.

"La Sécurité sociale, comme la Mutualité Française, est une idée forte et solidaire. Grâce à la Mutualité, c'est toujours une idée d'avenir !", a conclu le ministre, constatant néanmoins la divergence d'appréciation entre la Mutualité et le gouvernement sur l'application de la réforme de l'assurance maladie.