Bastia : « A Ciucciarella », une pouponnière à caractère social

Dans le cadre de son déplacement en Corse, le jeudi 11 mai, le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, a visité la pouponnière à caractère social "A Ciucciarella". Cet établissement, géré par l'Union des mutuelles de Corse santé, assure un service de garde jour et nuit pour les très jeunes enfants, dans le cadre de sa mission de protection de l'enfance.

Lors de son déplacement en Corse, le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, a visité le 11 mai 2017, à Bastia, la pouponnière à caractère social "A Ciucciarella", gérée par l'Union des mutuelles de Corse santé.

L'établissement accueille, pour des séjours de durée variable, des enfants dont les familles se trouvent en difficulté momentanée ou durable et ne peuvent, seules ou avec le recours de proches, en assumer la charge et l'éducation. Cette mission de protection de l'enfance se fait en lien avec les services d'aide sociale à l'enfance et aux familles (Asef). Le placement en pouponnière peut, en effet, résulter soit d'une décision de justice, soit d'une décision d'accueil provisoire prise en concertation avec la famille.

"A Ciucciarella", qui est la seule structure de ce type en Corse, dispose d'un agrément pour accueillir quatorze enfants, de moins de 3 ans pour l'internat et de moins de 6 ans pour l'externat. Au sein de l'établissement, leur prise en charge est assurée par une équipe pluridisciplinaire, composée de huit auxiliaires de puériculture, de deux infirmières, d'une éducatrice de jeunes enfants et d'un psychologue.

Reconstituer un environnement chaleureux

En général, le placement en internat correspond aux problématiques familiales les plus compliquées. "C'est le cas par exemple d'enfants atteints de troubles du comportement associés parfois à des problèmes neurologiques parce que leurs parents, qui ont vécu des carences affectives précoces, reportent ces carences sur eux", explique Christiane Paoloni, directrice de la pouponnière. Il s'agit alors pour l'équipe d'"A Ciucciarella" de combler le besoin de réparation de l'enfant en le maternant, et en reconstituant autour de lui un environnement chaleureux et rassurant. Une étape indispensable pour qu'il reprenne un développement psychomoteur normal.

Quant à l'externat, il est adapté pour des enfants dont la problématique familiale a été jugée moins préoccupante. Avec comme prérequis que les familles soient en mesure d'assurer l'hygiène du soir, le dîner et l'endormissement, ainsi que de procurer les soins primaires. Les enfants sont alors accueillis pendant la journée à la pouponnière, dès 9 heures et jusqu'à 17 heures, avec la souplesse nécessaire que requiert la situation professionnelle des parents. En externat, l'enfant passe aussi ces week-ends en famille.

Un travail en partenariat avec les parents

Dans la journée, les enfants sont regroupés et participent à des activités de jeu libre ou en groupe, en lien avec leurs problématiques personnelles. Des sorties sont aussi organisées, comme aller au marché. "Nous insistons aussi dans notre travail sur le développement de la dimension éducative, comme le rapport à la loi et à la règle", indique Christiane Paoloni. Dans ce travail, les parents ne sont pas oubliés : ils sont reçus par l'équipe éducative et voient ainsi de façon régulière leur enfant, ce qui leur permet notamment de mesurer ses progrès.

Et aussi en Anjou-Mayenne

L'Union des mutuelles de Corse santé est le premier gestionnaire mutualiste à avoir développé une offre sur le champ de la protection de l'enfance. Mais elle n'est plus la seule puisque la Mutualité française Anjou-Mayenne vient d’obtenir la gestion de la pouponnière du conseil départemental du Maine-et-Loire.

François-Xavier Chapelle

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)