croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Aesio évolue vers un groupe multi-métiers

Maurice Ronat, président d'Aesio.

Le groupe Aesio et le groupe Macif ont présenté le 8 décembre 2017 les contours du futur groupe prudentiel que les deux entités veulent constituer. Maurice Ronat, président d'Aesio, détaille ce projet.

Dans le cadre du rapprochement entre le groupe Aesio et le groupe Macif, vous avez annoncé le 8 décembre le lancement d'une offre en prévoyance. Comment allez-vous procéder ?

Maurice Ronat – L'objectif est de créer une coentreprise détenue à 50/50 par Aesio et par la Macif qui permettra aux mutuelles des deux groupes de distribuer des produits de prévoyance, tant en individuel qu'en collectif. Je rappelle que la prévoyance recouvre la couverture complémentaire des risques liés au décès, à l'invalidité, à l’incapacité de travail et à la dépendance.

Pourquoi cette offre ? Parce que nous nous sommes rendu compte qu'il nous fallait avoir un produit connexe à nos garanties en santé à des fins de diversification et de différenciation, et que les produits de prévoyance participent à la fidélisation de nos adhérents.

J'ajoute que la prévoyance nous permettra de ne pas augmenter nos frais de gestion puisque nous ciblerons la même clientèle qu’en santé. A l’échéance de trois ans, nous tablons sur un chiffre d'affaires de 130 millions.

Plus généralement, Aesio et la Macif ont fait part de leur intention de coconstruire un nouveau groupe mutualiste multi-métiers. Pouvez-vous nous détailler ce projet ?

Maurice Ronat – Lorsque nous avons envisagé une offre commune en prévoyance, nous avons constaté que nous avions une vision commune des enjeux de nos métiers et les mêmes valeurs. Nous sommes deux entreprises de l'économie sociale, deux entreprises mutualistes.

Nous voulons renforcer la position du futur ensemble sur l'assurance emprunteur et l’assurance automobile, puis ce seront les produits de prévoyance. Notre objectif est de couvrir près de huit millions de particuliers et entreprises, en  santé, en prévoyance, en assurance dommages, en matière d'épargne et de produits bancaires. Ce nouveau groupe d’assurance mutualiste cible un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards d'euros et plus de 5,8 milliards d'euros de fonds propres.

Quel sera le calendrier de mise en œuvre de ces rapprochements entre les deux entités ?

Maurice Ronat – En 2018, nous allons créer une union de groupe mutualiste (UGM), lieu d'élaboration et de réalisation des travaux d'instruction relatifs à la coconstruction du futur ensemble. Quant à la coentreprise en prévoyance, elle sera opérationnelle début 2019.

En 2020, nous souhaitons aboutir à la constitution d'une union mutualiste de groupe (UMG) réunissant en son sein les différentes activités d'assurances dans les champs de la santé et de la prévoyance d'Aesio et de Macif, ce qui représente 4,5 millions de personnes protégées. L'UMG permet à des mutuelles et d’autres organismes pratiquant des opérations d’assurance ou de réassurance de nouer des liens de solidarité financière importants et durables. Dans le même temps, nous constituerons un nouveau groupe prudentiel, sous forme d’une société de groupe d’assurance mutuelle (Sgam) Aesio-Macif.

Propos recueillis par Anne Baudeneau

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)