croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Protection sociale : la France, pays le plus protecteur en Europe

La France consacre 31,7 % de son PIB à la protection sociale, alors que la moyenne européenne se situe à 27,1 %. Les retraites et les dépenses de santé sont les postes les plus importants.

De tous les pays européens, la France apparaît comme l'un des plus généreux en matière de prestations sociales. Dans une étude publiée le 20 juin 2019 ("La protection sociale en France et en Europe en 2017"), le ministère de la Santé et des Solidarités montre que l'Hexagone a consacré 31,7% de sa richesse nationale aux prestations de protection sociale (santé, invalidité, vieillesse, logement, famille, chômage) en 2017, soit 727,9 milliards d'euros.

Comparativement, dans les 28 pays de l'Union européenne (UE 28), la part moyenne de PIB allouée aux prestations sociales s'est élevée à 27,1%. Seuil donc surpassé par la France, suivie par la Finlande, où 31,3% du PIB a été dévolu aux prestations sociales. En troisième position figure le Danemark (29,8%), que talonnent l'Autriche (29,2%), la Suède (29%), l'Italie (28,4%), l'Allemagne (28,2%), la Belgique (28,1%) et les Pays-Bas (28%). Les 19 autres nations sont en-dessous de la moyenne.

Deux budgets se démarquent particulièrement de l'ensemble des dépenses européennes en matière de protection sociale. Le premier concerne les dépenses au titre de la vieillesse, lesquelles absorbent 12,4% du PIB, indique l'étude. Pour la France, le financement des retraites occupe 45% du budget de protection sociale, soit 331,1 milliards d'euros. Ce montant, rapporte Le Figaro, "progresse de manière modérée (+1,7%) depuis plusieurs années, en raison d’une évolution contenue des effectifs de retraités, due aux effets de la réforme des retraites de 2010, ainsi que du faible niveau de revalorisation des pensions."

L'autre poste de dépenses important concerne les prestations liées à la santé : 8% du PIB en moyenne dans les 28 pays membres. Cela dit, tous les Etats ne sont pas logés à la même enseigne, précise L'Argus de l'Assurance  : "Tout comme pour l’ensemble des dépenses de protection sociale, des écarts importants subsistent entre les pays de l’UE 15 et ceux entrés dans l’Union en 2004, les premiers offrant globalement un niveau de prise en charge supérieur des frais de santé aux nouveaux entrants."

En France, les prestations santé représentent 35% de l'ensemble des dépenses de la protection sociale, soit 255,8 milliards d’euros, montant composé essentiellement par les dépenses des soins de ville (médicaments, médecins libéraux) et les pensions d'invalidité, pointe BFMTV.

Autre constat : sur l'ensemble des frais de santé, les restes à charge des ménages sont relativement faibles en France (9,8 %). Autres pays favorisés : le Luxembourg (11,2 %), les Pays-Bas (11,5 %) ou encore l'Allemagne (12,4 %). En d'autres termes, écrit l'Argus de l'Assurance, les Français sont "les mieux lotis en matière de reste à charge". Et ils devraient l'être encore davantage avec la mise en place prochaine du reste à charge zéro (Rac 0) pour les prothèses visuelles, auditives et dentaires.

 

La France, premier pays européen rétif aux vaccins

Selon une enquête de l'organisation caritative de recherche biomédicale Wellcome, la France est devenue le pays le plus sceptique en matière de vaccins. Alors que 79% des 14 000 personnes interrogées dans 144 pays considèrent que les vaccins sont sûrs et qu'ils sont efficaces (84%), un Français sur trois doute de leur innocuité. En savoir plus.

 

L'Europe dérembourse l'homéopathie

Le système de santé français est le seul d'Europe (en dehors de la Suisse) à encore rembourser l'homéopathie, laquelle est toujours prescrite par 20.000 médecins. Soit un marché de 620 millions d'euros. Ainsi, la Grande-Bretagne a mis un terme aux remboursements il y a deux ans, à la différence de l'Allemagne où 7 000 médecins recommandent encore les granules, lesquelles restent prises en charge par de nombreuses mutuelles. En savoir plus.

 

Un plébiscite européen pour la digitalisation de la santé

Près de 8 Européens sur 10 (77%) considèrent que la digitalisation améliorera la qualité du système de santé. Tel est l'un des constats d'une étude menée par Ipsos pour Sopra Steria Consulting, dans 6 pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne, Norvège, Belgique, Espagne) auprès de 35 experts de la santé et 1 200 Européens. En savoir plus.
Frédéric Lavignett

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)