Santé : en marche pour les réformes

Dans une note au Premier ministre, Agnès Buzyn, ministre de la Santé annonce ses projets de réforme en matière de protection sociale obligatoire et complémentaire.

La ministre de la Santé, Agnes Buzyn, souhaite impulser "une forte inflexion dans la conduite de la politique de santé", selon la feuille de route de son ministère destinée au chef du gouvernement, et publiée sur le site de l'Argus de l'assurance. Dans ce document, Agnès Buzyn détaille les nombreuses réformes à venir en matière de santé. "Plusieurs d’entre elles sont de nature à entrainer de nouvelles recompositions dans le secteur de la protection sociale complémentaire", estime l'hebdomadaire.

Ainsi, la ministre de la Santé reprend l’idée d’un reste à charge zéro à l’horizon 2022 en optique et pour les prothèses dentaires et auditives. Un objectif qui "suppose de gagner en efficience tout au long de la chaîne de valeur, de définir un panier de soins indispensables, à tarifs opposables, en fixant des plafonds de prix, et un partage de la prise en charge entre assurance maladie obligatoire et complémentaire". Une concertation avec l’ensemble des parties prenantes est annoncée pour septembre.

Agnès Buzyn souhaite aussi continuer à inciter les professionnels de santé à modérer les dépassements d’honoraires, "par le biais combiné des contrats responsables et des négociations conventionnelles". "Entre le reste à charge zéro et de nouvelles mesures sur les honoraires médicaux se profile donc une nouvelle refonte en profondeur des contrats de complémentaire santé", estime L'Argus de l'assurance. L'objectif de rendre "plus lisibles les offres des différents organismes complémentaires de façon à permettre aux assurés de les comparer plus facilement", figure également sur ce document.

Quant au tiers payant, il reste à l’ordre du jour, mais devient "généralisable" et non plus généralisé. Un projet en phase avec les récentes déclarations du Premier ministre qui, dans une interview au Parisien le 7 juin dernier, se déclarait "dubitatif" à propos du tiers payant généralisé.

L’innovation figure aussi en bonne place parmi les projets de la nouvelle ministre. Outre le numérique (développement de la télémédecine, d’une médecine prédictive...), l’évolution des organisations (pratiques professionnelles, virage vers l’ambulatoire) apparaît comme un enjeu clé, note L'Argus de l'assurance.

Après un quinquennat de défiance entre le ministère de la Santé et les syndicats de médecins, Agnès Buzyn souhaite établir "un dialogue constant et constructif avec l’ensemble des acteurs du système de santé avec les partenaires sociaux, avec les associations, (…) et avec les collectivités territoriales".

 

A lire aussi dans la presse

 

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)