croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le manque de sommeil altère gravement la santé

Tandis que la société développe un style de vie noctambule, maladies chroniques et désordres psychiques font partie des divers problèmes de santé liés au déficit de sommeil. Le magazine "Mutations" consacre son numéro de juillet 2019 aux effets du sommeil sur la santé de la population.

Avec seulement 6h42 de sommeil en moyenne, les Français ne dorment pas suffisamment. Ce temps de sommeil, qui s'avère inférieur au minimum de sept heures recommandées quotidiennement, tend à se raccourcir au fil des ans. La population a ainsi écourté ses nuits de 1h05 par rapport à 2010 et de 1h23 par rapport à 1986.
Or le manque de sommeil nuit gravement à la santé, interpelle le dossier du magazine "Mutations" de juillet 2019. Le dernier numéro de ce trimestriel édité par la Mutualité Française analyse les effets du sommeil sur la santé de la population, en particulier les répercussions liées à un déficit de sommeil.

"Lumière bleue éveillante"

"De façon générale, la baisse du temps de sommeil est plus importante pour les moins de 40 ans, une population qui se met volontiers en privation de sommeil par des activités nocturnes prenantes, comme la consultation des écrans. Leur lumière bleue éveillante retarde l'horloge biologique avec une facilité déconcertante", s'inquiète Jean-Pierre Giordanella, médecin de santé publique et auteur en 2006 d'un rapport sur le sommeil pour le ministère de la Santé.
Un avis partagé par Sylvie Royant-Parola, psychiatre : "Les écrans permettent des activités relationnelles, des échanges avec des amis de la vraie vie ou numériques, même dans la nuit, ce qui contribue à retarder le sommeil ou le fractionner. Ils vont aussi étendre les horaires de travail des cadres qui continuent à consulter leurs mails et à y répondre, entraînant des endormissements plus tardifs."
Pour cette spécialiste du sommeil, "il existe un temps de sommeil incompressible en dessous duquel on observe un retentissement important sur les fonctions vitales, le fonctionnement cardiovasculaire, le fonctionnement immunitaire et la régulation métabolique".

Horloge biologique déréglée

Les personnes qui travaillent la nuit sont particulièrement touchées par ces problèmes de santé : leur rythme de travail est antagoniste à l'horloge biologique humaine "qui cherche, quoi qu'il arrive, à promouvoir le sommeil pendant la nuit et l'éveil durant la journée", explique Claude Gronfier, neurobiologiste à l'Inserm.

En 2006, cet expert a coordonné un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) sur les risques du travail de nuit. "Ce que l'on sait avec certitude, c'est que ce dernier peut perturber le sommeil et la vigilance, et induire un syndrome métabolique caractérisé par la présence simultanée d'au moins trois paramètres biologiques sur cinq, liés au tour de taille, à la pression artérielle, à la triglycéridémie, à la cholestérolémie et à la glycémie", ajoute Claude Gronfier. "Parmi ses effets probables, on note le risque de cancers, par exemple du sein, mais aussi de pathologies telles que les maladies coronariennes, le surpoids, l'obésité et le diabète de type 2". D'autres impacts sur la santé sont possibles : altération des fonctions cognitives, hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral (AVC), anxiété, dépression, etc.

En plus du dérèglement de leur horloge biologique, ces personnes ont souvent du mal à obtenir une obscurité totale dans leur chambre. En définitive, "leur sommeil n'est pas de bonne qualité, il est fragmenté, et perturbé par les bruits de la vie".

Somnolences en journée

"Tout ce qui fragmente le sommeil empêche son approfondissement et génère des somnolences en journée. Outre la somnolence, cela a des conséquences néfastes sur le système cardiovasculaire, qui n'est jamais au repos et subit des baisses d'oxygène répétées", déclare la Dre Valérie Cochen de Cock, neurologue à la clinique mutualiste Beau Soleil de Montpellier, où a été réalisé un reportage qui illustre la prise en charge des troubles du sommeil par une équipe pluridisciplinaire.

Equipée d'un masque à pression positive continue (PPC), utilisé pour traiter les apnées du sommeil, Delphine Peneranda, 48 ans, est hospitalisée pour un bilan de somnolence : "Je suis fatiguée, j'ai des pertes de mémoire, je ne me sens pas au maximum de mes capacités intellectuelles et il m'est déjà arrivé de réaliser que je m'étais éteinte quelques secondes en conduisant." C'est ce dernier motif qui a également conduit une jeune de 21 ans, Ophélie Cheval, dans cet établissement : "Je lutte en permanence contre le sommeil. Comme je fais beaucoup de route, c'est la médecine du travail qui m'a orientée ici", témoigne-t-elle.

Adolescents sous pression

Les troubles du sommeil peuvent commencer encore plus tôt. Les jeunes sont victimes d'une "pression sociale intense", en particulier à l'adolescence, période durant laquelle ils doivent se lever plus tôt et travailler plus, alors qu'ils auraient besoin de dormir "neuf heures par nuit", estime le Dr Jean-Luc Martinot, pédopsychiatre et directeur de recherche à l'Inserm. Pour ce spécialiste, les jeunes occidentaux dorment ainsi "deux heures de moins que ce qu'ils devraient".

Cette fatigue accumulée entraîne progressivement un décalage entre les horaires de la semaine et ceux de la fin de semaine. Ce phénomène débute vers 14 ans, lorsque les adolescents commencent à se coucher tard et à se lever tard le week-end. "Chez ceux qui ont systématiquement, tous les samedis soir, un décalage important, d'environ une heure trente à deux heures, on constate, dans plusieurs régions du cerveau, une diminution du volume de la matière grise", déplore le Dr Jean-Luc Martinot. "Moins le volume de matière grise est élevé dans les zones frontales, plus les notes de l'adolescent sont basses", renchérit-il. A 16 ans, des troubles anxiodépressifs peuvent apparaître.

Agir sur les modes de vie

Pour inverser cette tendance générale, il faut agir sur les modes de vie. "Si l'on prend les injonctions culturelles dominantes, le style de vie plébiscité, c'est l'abolition du sommeil !, fustige Dalibor Frioux, philosophe. Dans ces représentations, dormir est synonyme d'ennui, de perte de temps, d'obstacle à une vie nocturne faite d'expériences et de rencontres enrichissantes…" Face aux enjeux de santé et d'inégalités sociales (logements exigus et exposés au bruit, univers lumineux…), défendre la valeur sommeil constitue "une question éminemment politique", affirme Dalibor Frioux.

Comme le rappelle Jérémie Peltier, directeur des études à la Fondation Jean-Jaurès, "la France est le deuxième consommateur de somnifères en Europe". "Leur prise régulière a pour conséquence des pertes de mémoire, mais surtout n'a aucun effet sur la capacité à dormir naturellement par la suite", regrette Jérémie Peltier. Il conviendrait donc de "redonner à la fatigue et au sommeil une place dans le débat public". Les campagnes municipales pourraient être l'occasion d'aborder "les sujets liés aux nuisances sonores et celles dues à la lumière", propose Jérémie Peltier, tout en évoquant l'idée d'une campagne de santé publique pour promouvoir le sommeil.

S'abonner au magazine Mutations

Pour vous abonner en ligne au magazine Mutations, cliquer ici.
Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)