croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Intelligence artificielle : Ava rend la conversation accessible aux sourds

L'application Ava a reçu le prix de l'innovation sociale, le 14 juin 2018, à Montpellier, lors du congrès de la Mutualité Française. Elle utilise l'intelligence artificielle pour transcrire, en temps réel, différentes voix en sous-titres, rendant ainsi les conversations de groupe accessibles aux personnes sourdes et malentendantes.

Faire participer des personnes sourdes ou malentendantes à des conversations de groupe, qu'elles soient familiales, amicales ou professionnelles : c'est possible avec la solution Ava, téléchargeable sur smartphone et tablette. Cette application s'appuie sur l'intelligence artificielle pour transcrire, en temps réel, les différentes voix d'une discussion en textes sous-titrés. L'application Ava a reçu le 14 juin 2018 le prix de l'innovation sociale dans le cadre du prix "Innovation mutuelle" organisé par la Mutualité Française. La cérémonie s'est déroulée à l'occasion de son 42e congrès, à Montpellier.

"Le nombre de personnes sourdes et malentendantes est estimé à 460 millions dans le monde et à 6 millions en France, parmi lesquels on compte environ 500.000 sourds profonds et 1,5 million de personnes qui n'accèdent pas à la parole", indique Adrien Meslet, directeur d'Ava France. "Cet outil est également utile pour tous les entendants qui souhaitent échanger avec un sourd, y compris les sourds ou malentendants ne connaissant pas la langue des signes, et leur permettre d’échanger", ajoute Adrien Meslet.

Un interlocuteur, une couleur

"Avec l'application Ava, je parle dans mon téléphone comme dans un micro. Si une autre personne se connecte, elle peut immédiatement lire la transcription de ce que je dis. La plus-value d'Ava est importante en conversation de groupe car elle différencie les interlocuteurs grâce à une couleur distincte pour chacune des voix. Les personnes qui ne s'expriment pas par la parole ont la possibilité d'écrire via le clavier numérique et d'utiliser la synthèse vocale", précise-t-il.

En plus du code couleur, il est possible de faire apparaître les noms des participants à une discussion à plusieurs si ces derniers ont pris une minute pour télécharger l'application. Par ailleurs, il existe un mode "invité" sans inscription.

Disponible en France depuis plus d'un an, Ava a été lancée en 2014 aux Etats-Unis grâce à une première levée de fonds de 1,8 million d'euros. Une nouvelle levée de fonds est actuellement en cours. L'application a été créée à l'initiative de Thibaut Duchemin, un Français né dans une famille de sourds et installé aux USA. Son idée s'est concrétisée suite à sa rencontre avec Pieter Doevendans, un Néerlandais en charge du développement commercial aux Etats-Unis, et Skinner Cheng, un Taïwanais sourd, qui est directeur technique et développeur Android.

L'équipe basée aux USA travaille sur l'application elle-même, ses nouvelles fonctionnalités, ou encore sur le développement IOS et Android. La recherche et le développement sont intégralement réalisés en France, en particulier le travail sur l'intelligence artificielle.

Des réseaux de neurones numériques

Quel est le rôle de l'intelligence artificielle dans cette application ? "Ava utilise les micros des smartphones avec une technologie de reconnaissance vocale pour transcrire les voix en sous-titrage, explique Adrien Meslet. Lorsque je parle à mon téléphone, il transmet les informations à des serveurs alimentés par des algorithmes qui renvoient une transcription simultanée de la parole, avec un décalage généralement inférieur à une seconde."

Des ingénieurs interviennent régulièrement sur ces algorithmes pour optimiser la compréhension, élargir le champ de captation, de précision et de calibration des micros. Par exemple, cela permet à l'application de ne pas buter sur certains accents régionaux.

"L'humain aide la machine à apprendre mais la machine apprend également seule. L'objectif est que la machine et l'humain puissent travailler ensemble pour améliorer la transcription. C'est ce qu'on appelle le deep learning, autrement dit l'apprentissage profond basé sur des réseaux de neurones numériques", poursuit Adrien Meslet. Le résultat aboutit à une précision allant jusqu'à 95% des mots prononcés correctement transcrits en sous-titres.

Cinq heures gratuites par mois

Depuis sa création, Ava compte plus de 100.000 téléchargements aux USA et 60.000 en France. Chaque jour, 200 personnes en moyenne téléchargent l'application.

L'utilisation d'Ava est gratuite et illimitée durant le premier mois. Ensuite, chacun dispose de cinq heures gratuites par mois. Pour un usage plus intensif, il existe des abonnements à 30 euros par mois. Ceux-ci peuvent être pris en charge, tout ou partie, par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), en fonction de la situation individuelle.

Pour les entreprises, l'offre s'élève à 99 euros par mois et par salarié sourd ou malentendant. Là aussi, une prise en charge est possible via l'Agepfiph, l'association chargée de favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises privées.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)