croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Dentaire : Agnès Buzyn relance les négociations

Alors que les négociations reprennent entre l'assurance maladie, les dentistes et les complémentaires santé, des questions se posent sur le financement de la nouvelle politique de santé.

Syndicats de chirurgiens-dentistes, assurance maladie et complémentaires santé se sont retrouvés le 15 septembre 2017 afin de reprendre les négociations conventionnelles qui avaient été rompues en janvier dernier.

Après les protestations, l'hiver dernier, de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), de l'Union dentaire et de la Fédération des syndicats dentaires libéraux (FSDL) face à la décision de Marisol Touraine de fixer unilatéralement les tarifs des prestations des dentistes, "la nouvelle ministre, Agnès Buzyn, a décidé de repartir sur des bases différentes et a reporté l'application de ce règlement arbitral d'un an, au 1er janvier 2019", indique Le Figaro.

L'objectif reste toutefois le même, souligne le quotidien : plafonner le prix des prothèses dentaires mais revaloriser en contrepartie les soins conservateurs (traitement de caries, dévitalisation...). Quant à l'enveloppe financière de 2,5 milliards d'euros réclamée par certains syndicats de la profession, elle ne sera pas obtenue. "Lors des dernières négociations, l'assurance maladie proposait d'accorder aux dentistes une enveloppe financière de 800 millions d'euros", rappelle Le Figaro, soit plus que les 600 millions finalement retenus dans le règlement arbitral.

Au programme des nouvelles discussions, il faudra désormais ajouter un autre élément : la promesse d'Emmanuel Macron de rembourser à 100%  les prothèses dentaires pour les patients d'ici à 2022. Une promesse de campagne à laquelle s'ajoute également celle de la prise en charge à 100% des lunettes et des prothèses auditives.

Soit au total un montant de 4,4 milliards d'euros aujourd'hui à la charge des ménages, note un autre article du Figaro. Reste à les trouver, mais de quel côté ? Le chef de l'Etat a d'ores et déjà écarté l'idée d'augmenter le prix des complémentaires santé, rappelle le quotidien, celles-ci finançant déjà 70% des soins optiques, 40% des frais dentaires et 30% des audioprothèses.

Emmanuel Macron vise plutôt une réforme d'ampleur du marché de l'optique et des prothèses auditives et dentaires, notamment grâce à de nouveaux partenariats entre l'assurance maladie, les complémentaires santé et les industriels. Quoi qu'il en soit, juge Le Figaro "pour être supportable, l'effort sur les lunettes, prothèses dentaires et auditives devra être partagé".

La Mutualité Française "suggère par exemple que les industriels et distributeurs acceptent une baisse de 15% du prix des équipements, générant 2,7 milliards d'économies. En contrepartie, l'assurance maladie et les complémentaires augmenteraient chacune leurs remboursements de 13%, offrant ainsi 1,7 milliard de prestations supplémentaires", rapporte Le Figaro. Une simple proposition, conclut le quotidien, "le schéma étant très loin d'être arrêté".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)