croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Thierry Beaudet : accorder aux mutuelles un rôle à la hauteur de leur financement

Après le lancement du site PlacedelaSante.fr le 1er décembre, le président de la Mutualité Française était l'invité samedi matin de l'émission "On n'arrête pas l'éco" sur France-Inter, et, ce matin, de Bourdin Direct, sur RMC.

Le président de la Mutualité Française était l'invité samedi matin de l'émission "On n'arrête pas l'éco" sur France-Inter. "En 2016, le système prend-il mieux en charge la santé des patients ?", l'a interrogé la journaliste Alexandra Bensaid. "Au cours de ces dernières années, la prise en charge du régime obligatoire a plutôt augmenté, atteignant 76% des dépenses de santé, sous l'effet de la prise en charge à 100% des ALD, a indiqué Thierry Beaudet. Mais il faut aussi constater que pour les soins les plus fréquents – la visite chez le médecin ou chez le dentiste – la Sécu ne rembourse plus qu'un euro sur deux. Le second euro est à la charge des ménages, directement ou à travers leurs complémentaires." Dans ce contexte, le président de la Mutualité Française déplore "qu'on accorde pas aux mutuelles un rôle que soit à la hauteur de sa part dans les remboursements des soins".

"Le quinquennat de François Hollande a-t-il placé les mutuelles au cœur du dispositif ?", a demandé Alexandra Bensaid. Réponse de Thierry Beaudet : "Le gouvernement a considéré qu'on ne pouvait pas accéder aux soins sans une complémentaire santé. Nous partageons cette analyse. Mais nous n'avons pas du tout partagé les modalités de mise en œuvre. La généralisation de la complémentaire s'est opérée en segmentant les populations : les salariés du privé d'une part, les fonctionnaires d'autre part, les jeunes, les chômeurs, les seniors… Si on veut organiser un système qui soit le plus solidaire possible, il faut au contraire organiser des mutualisations."

Interrogé sur les modalités de mise en œuvre de la généralisation de la complémentaire santé, le président de la Mutualité Française a regretté le fait que cela "a fait reculer une certaine idée d'universalité", dans la mesure où les modalités d'accès à la complémentaire "dépendent de la situation dans laquelle vous vous trouvez et varie selon les personnes".

Dans un autre registre, ce matin sur RMC, Jean-Jacques Bourdin a interrogé Thierry Beaudet sur la proposition de François Fillon de limiter les remboursements de l'assurance maladie aux seules ALD, hospitalisations et maternités, en transférant les remboursements des soins courants vers les ménages et les complémentaires.

"Selon nos estimations, cela représenterait une économie de 20 milliards d'euros pour la Sécurité sociale, qui devrait être supportée par les ménages et leurs complémentaires, soit un coût supplémentaire de 300 euros pour une personne seule et de 1.200 euros pour un couple avec deux enfants", a-t-il précisé. Samedi, sur France-Inter, le président de la Mutualité avait qualifié cette mesure de "choc brutal, difficilement supportable par les adhérents".

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)