croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Conseil économique, social et environnemental : l’appel de sept organisations

Le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, co-signe une tribune appelant à faire du Conseil économique, social et environnemental (Cese), un "acteur du renouveau démocratique".

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé une réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese), le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, co-signe une tribune qui formule une série de propositions. Publiée dans le Huffington post, cette tribune est également approuvée par six autres organisations. Parmi les signataires : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, ou encore Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme.

"Par leur implantation territoriale et par leur représentativité, nos organisations élaborent au quotidien des positionnements, voire participent à des projets de société. C'est pourquoi elles s'inscrivent dans la préparation de cette réforme, avec des ambitions d'évolution de cette assemblée", soulignent les signataires.

Ces derniers souhaitent que le Conseil économique, social et environnemental soit désormais consulté par le gouvernement sur tous les projets de loi qui engagent "significativement" le long terme, comme sur les lois d'orientation. A titre illustratif, il pourrait élaborer "des indicateurs de nature à mieux évaluer les politiques publiques".

Deuxième proposition : faire du Cese un "lieu de convergence du débat public". Cet organisme "doit être davantage qu'aujourd'hui la chambre d'écho des préoccupations des gens, le lieu d'élaboration des points d'équilibre indispensables à toute réforme. Pour ce faire, il doit consulter les citoyens, organiser leur participation dans des temps de débats publics, telles les conférences citoyennes, et en recourant à des outils collaboratifs", plaident les signataires.

Autre piste : positionner ce Conseil comme "la chambre où s'articule la consultation publique", en lien avec les autres instances qui "contribuent au processus législatif".

Dernière proposition : renforcer la coopération "avec les territoires et l'Europe". A l'échelon européen, "le Comité économique et social européen est un partenaire naturel et un relais indispensable du Cese et réciproquement, pour faire vivre le principe de subsidiarité et porter au bon niveau les réflexions et les propositions de la société civile", indique la tribune.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)