croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Prix Coup de cœur du congrès : l’association Le Refuge primée par le public

L'association Le Refuge, qui lutte contre l'isolement des jeunes homosexuels ou des personnes transidentitaires en rupture familiale, s'est vue décerner le 14 juin 2018 le prix Coup de coeur dans le cadre du prix "Innovation mutuelle". Ce sont les participants au congrès de la Mutualité Française qui ont voté parmi trois dossiers en lice.

L'association Le Refuge a reçu le 14 juin 2018 le prix Coup de cœur du congrès prévu dans le cadre du prix "Innovation mutuelle" lancé par la Mutualité Française. Cette association lutte contre l'isolement des jeunes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), de 18 à 25 ans, en situation de rupture familiale et d'isolement.

Originalité de la distinction reçue par le Refuge : elle a été soumise au vote des congressistes présents à Montpellier, au 42e congrès de la Mutualité Française. En utilisant l'application Mut'Evènements dédiée au congrès, chaque participant a pu exprimer, jusqu'au 14 juin, à 11 heures, son choix parmi trois dossiers sélectionnés au préalable.

Unique Coup de cœur potentiel à concourir pour l'innovation sociale, cette association à but non-lucratif met en place des refuges dans plusieurs territoires pour aider ces jeunes à retrouver leur autonomie. Au total, 1.300 d'entre eux ont pu être hébergés dans des appartements-relais et 7.000 ont été accompagnés par l'association depuis sa création en 2003.

"Humanité, solidarité, fraternité"

Fondateur et président du Refuge, Nicolas Noguier a fait part de son émotion à la remise du prix Coup de cœur et dédié ce trophée à "tous les jeunes accompagnés par l’association". "Le Refuge, qui fête ses 15 ans, et la Mutualité Française partagent beaucoup de valeurs, parmi lesquelles l'humanité, la solidarité et la fraternité." En proposant des solutions de soutien et d'accueil pour les jeunes homosexuels ou transidentitaires , "l'association porte l'innovation au plus profond d'elle-même, et continue sur cette voie en développant ce concept dans d’autres pays : l'Italie, la Suisse et bientôt les Etats-Unis", a-t-il précisé.

Les jeunes LGBT bénéficient d'un accompagnement pour se reconstruire sur le plan matériel et émotionnel, grâce à l'aide d'équipes pluridisciplinaires constituées au minimum d'un travailleur social et d'un psychologue. Pour faire face aux nombreuses demandes, l'association qui compte 17 délégations départementales souhaite créer de nouveaux postes de travailleurs sociaux au sein des équipes composées uniquement de bénévoles. Autre enjeu pour répondre aux besoins exprimés : développer son maillage territorial, notamment dans les territoires du Centre, Poitou-Charentes, Bourgogne et Champagne-Ardenne.

Améliorer la radiothérapie

Les deux autres projets en lice étaient Therapanacea et Medtrucks, tous deux dans le domaine de l'innovation en santé. Therapanacea se fixe pour objectif de renforcer l'efficacité et la sécurité du traitement du cancer par radiothérapie. Aujourd'hui, cette technique demeure "imparfaite car elle se compose d'un nombre d'étapes de planification puis de traitement encore trop manuelles et peu précises", déplore Therapanacea. Cette startup développe donc une suite logicielle qui vise à optimiser toutes étapes du traitement en utilisant l'intelligence artificielle.

Principal bénéfice attendu : adapter la dose de radiothérapie délivrée au patient en temps réel, grâce au "machine learning", ce qui signifie que la machine est dotée d'une capacité d'apprentissage. Concrètement, la dose d'irradiation pourrait varier instantanément pour prendre en compte les changements anatomiques ou les mouvements des organes durant une séance.

Cette solution innovante devrait diminuer les effets secondaires des patients. Par ailleurs, elle entraînera "75% de gain de temps d'expert par patient traité par la suite logicielle : plus de 3 heures en moyenne et jusqu'à 5 heures". La suite logicielle, qui devrait voir le jour fin 2018, pourrait être lancée sur le marché dès 2020.

Des camions médicalisés itinérants

Pour sa part, la startup Medtrucks entend lutter contre les déserts médicaux via l'utilisation de camions médicalisés itinérants. Un premier véhicule a été déployé au Maroc, en milieu rural, dans le cadre d'un projet pilote pour améliorer la prise en charge de patients souffrant d'insuffisance rénale. Les malades peuvent ainsi bénéficier de dialyses sans avoir à se déplacer.

En parallèle, la startup veut proposer d'autres services tels que le Medmapping, à travers une plateforme de cartographie des patients. En accès libre et gratuite pour les acteurs de la santé (hôpitaux communes, mutuelles, etc), celle-ci permettrait de mesurer l'étendue des déserts médicaux.

Autres services : le Medtracking, qui se traduit par des outils de gestion mêlant la géomatique, autrement dit le traitement informatique des données géographiques, et la e-santé afin de faciliter l'utilisation des soins itinérants. Enfin, la startup fournit un service intitulé MedEducation, une plateforme de formation à destination du personnel soignant.

La solution développée vise à "favoriser une médecine de proximité personnalisée grâce à un nouveau modèle de santé basé sur la mobilité et la data afin de proposer les outils de coopération et de coordination", indique Medtrucks. Par exemple, elle pourrait optimiser le parcours de soins.

Cette startup ambitionne de créer 60 lieux de soins d'ici à cinq ans et d'atteindre un nombre de 500.000 patients soignés à bord des Medtrucks. Elle espère aussi avoir cartographié deux tiers du territoire français.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)