croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Accès aux soins : des délais de rendez-vous trop longs

Il faut attendre en moyenne 6 jours pour consulter un généraliste mais bien plus pour certains spécialistes : 80 jours en ophtalmologie, 61 jours en dermatologie ou 44 jours en gynécologie, indique une étude publiée le 8 octobre par le ministère de la Santé. Ces délais sont réduits si le patient déclare l'apparition ou l'aggravation de symptômes.

Un patient attend 6 jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous chez un médecin généraliste. Près de la moitié des demandes (49%) aboutissent tout de même à un rendez-vous "le jour même ou le lendemain", indique une étude publiée le 8 octobre par le ministère de la Santé. Plus précisément, un tiers des rendez-vous se concrétise en un jour et un quart d'entre eux plus de 5 jours après. Dans 10% des cas, le malade doit patienter 11 jours pour voir son généraliste.

Ces délais peuvent être encore beaucoup plus longs lorsqu'un patient souhaite consulter un spécialiste. Il lui faut attendre 80 jours en moyenne pour voir un ophtalmologiste, 61 jours pour un dermatologue, 50 jours pour un cardiologue et 44 jours pour un gynécologue. Certaines spécialités apparaissent un peu plus accessibles bien qu'il faille compter 21 jours pour un rendez-vous en radiologie, 22 jours en pédiatrie ou 28 jours pour un chirurgien-dentiste.

Délais accrus en périphérie des villes

Ces délais d'attente moyens masquent des disparités régionales importantes. "Les temps d'attente sont plus longs dans les communes où l'accessibilité géographiques aux professionnels de santé est faible", précise cette étude de la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees). "C'est dans les couronnes rurales des grands pôles, dans les communes hors influence des pôles et dans les périphéries des petits et moyens pôles que l'accessibilité est la plus faible", précise-t-elle.

Ainsi, alors qu'une prise de contact sur deux aboutit à un rendez-vous en 52 jours chez un ophtalmologiste, "ce délai médian grimpe à 79 jours pour les demandes émanant du quart des patients résidant dans les communes où l'accessibilité est la plus faible", ajoute la Drees. A l'inverse, le délai est de "40 jours pour les requêtes de patients résidant dans les communes où elle est la plus forte".

De la même façon, la moitié des demandes auprès du chirurgien-dentiste se traduit par un rendez-vous obtenu "en plus de 17 jours", alors qu'il atteint 21 jours dans les zones sous-dotées en professionnels de santé.

Rare report sur les urgences

Point positif à relever : l'ensemble des professionnels de santé accélèrent la date du rendez-vous lorsque le patient se plaint d'une apparition ou d'une aggravation de symptômes. Par exemple, une femme obtiendra un rendez-vous chez le gynécologue dans un délai de 9 jours, contre un délai médian de 36 jours pour un contrôle périodique. Chez le dentiste, le délai diminue à 8 jours.

Ces ajustements expliquent certainement la satisfaction globale des patients. Pour eux, les délais entre la prise de rendez-vous et la date finalement obtenue sont jugés "rapides ou corrects" dans plus de huit cas sur dix. Cependant, ils demeurent mécontents des délais d'attente "trop longs" chez l'ophtalmologiste et le dermatologue. Malgré une apparition ou une aggravation de symptômes, il faut attendre 20 jours pour une consultation d'ophtalmologie et 34 jours en dermatologie.

Dans tous les cas, lorsqu'une demande de rendez-vous n'est pas honorée, "les patients sollicitent rarement les urgences", soit seulement 3% des cas, conclut l'étude. Les patients ont majoritairement tendance à contacter un autre praticien (56%). Et près d'un tiers d'entre eux (32%) renoncent à leurs soins…

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)