Salle de presse

Un centre dentaire adapté aux personnes handicapées

Publié le 07/06/2007, Dernière mise à jour le 20/01/2010

Les personnes handicapées ont du mal à accéder à des soins dentaires adaptés. A Montpellier (Hérault), le groupe Languedoc Mutualité a installé un fauteuil spécifique pour accueillir ces patients. Découvrez ce reportage du mensuel "Mut'écho".

Guy Dumontet arrive à la maison médicale Euromédecine, située à Montpellier (Hérault). Cet homme de 58 ans, en fauteuil roulant, est accompagné d’Aurélie, son auxiliaire de vie. Il a rendez-vous au cabinet dentaire de cette réalisation mutualiste gérée par "Languedoc Mutualité Union Ambulatoire".

Cette structure est spécifiquement adaptée pour accueillir des patients en situation de handicap. Les portes et les couloirs sont élargis et un des comptoirs de l’accueil est disposé à une hauteur accessible à une personne en position assise.

"Languedoc Mutualité Union Ambulatoire" a aussi fait l’acquisition d’un fauteuil dentaire destiné à faciliter les soins pour les personnes à mobilité réduite, grâce au soutien de la Fondation Caisse d’épargne. Le système choisi par cette union est développé par une société finlandaise. Il permet de mettre en place un fauteuil "classique", afin de soigner les personnes valides. Mais en fonction des besoins particuliers des personnes handicapées, ce matériel peut facilement être remplacé par un équipement spécifique.

Une installation modulable en fonction des besoins
Première solution : un siège dont l’assise et le dossier sont élargis est installé. Il permet de sécuriser la posture des personnes dont l’équilibre est incertain. Deuxième possibilité : les patients en fauteuil roulant sont soignés sans quitter leur fauteuil. Celui-ci est solidement fixé, soulevé puis incliné afin de faciliter les soins. Enfin, dernier cas de figure : un brancard peut prendre la place du fauteuil dentaire. Le mobilier du cabinet, sur roulettes, est alors déplacé.

Avant l’arrivée de Guy Dumontet, le Dr Philippe Jardon, chirurgien-dentiste, prépare le cabinet. Il place un dispositif sur roulettes sous le fauteuil "classique" en place. Celui-ci, désormais fixé sur ce support, peut facilement être ôté et mis de côté. Dès lors, tout est paré. "Vous êtes prêt pour la grande bascule ?", sourit le Dr Jardon. Guy Dumontet, qui souffre d’importantes difficultés d’élocution, acquiesce d’un grand éclat de rire.

Le fauteuil ne risque pas de glisser, puisque ses armatures sont bloquées dans les glissières du support. Le dentiste peut soulever et incliner le fauteuil de son patient afin qu’il soit en position optimale pour commencer les soins. Dernière manipulation : un appui-tête, solidaire du support, est positionné sous la tête du patient. "L’utilisation de ce matériel est simple, mais la technologie est très complexe !", commente le Dr Jardon.

Ce praticien et son assistante reçoivent des personnes dont les pathologies sont très diverses, comme des hémiplégies, tétraplégies, paraplégies ou accidents vasculaires cérébraux. Des conventions avec des associations ont été signées, en particulier avec l’Association des accidentés de la vie (Fnath).

Sensibiliser les patients à l’hygiène bucco-dentaire
Mais c’est le bouche à oreille qui amène le plus de patients. La réputation de ce cabinet s’est répandue car, pour les personnes en situation de handicap, il est très difficile de trouver un cabinet dentaire adapté. "Nous recevons aussi des patients atteints de pathologies mentales", indique le Dr Jardon. La prise en charge de ces personnes implique un temps de dialogue important afin d’instaurer une relation de confiance. "Parfois, deux séances sont nécessaires pour qu’ils acceptent les soins."

Cet investissement supplémentaire n’est pas pris en compte dans le remboursement des soins dentaires. Ces particularités ne font l’objet d’aucune cotation spécifique par l’assurance maladie. Pourtant, "le temps des soins est augmenté en moyenne de 50 %", indique le directeur de "Languedoc Mutualité Union Ambulatoire", Pierre Coulot.

Les personnes en situation de handicap ont particulièrement besoin de soins dentaires. Ils ont souvent du mal à trouver un cabinet adapté. En outre, le brossage des dents est un geste difficile, voire impossible à réaliser pour certaines d'entre elles. "Au cours des visites, je consacre une partie de la séance à sensibiliser le patient et son accompagnateur à une bonne hygiène bucco-dentaire, relève le Dr Philippe Jardon. Retrouver une dentition en bon état contribue à améliorer le moral."

Découvrez

Pour découvrir le mensuel de l'information destinée aux reponsables et militants mutualistes et demander un exemplaire gratuit, cliquez ici

Des centres de santé mutualistes

Pour en savoir plus sur nos centres de santé et nos services d'accompagnement mutualistes, cliquez ici

Retrouvez un centre proche de chez vous

Pour chercher le centre de santé mutualiste le plus proche de chez vous, cliquez ici.

Trouver

Faites votre choix dans la liste des critères :

Faites votre choix dans la liste des critères :

Vous cherchez un emploi :

Contact  |  Glossaire  |  Accès à l’Extranet  |  Liens utiles  |  Notice Légale  |  Charte éditoriale et éthique

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.