Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

« Les Français et les médicaments », une étude exclusive réalisée pour la Mutualité Française à l’occasion du débat-citoyen « Médicaments : ce qui doit changer ! »

Médicaments : les Français profondément inquiets
A l’occasion du débat-citoyen "Médicaments : ce qui doit changer !" qui se tient aujourd’hui à Nantes, et afin de lancer le débat, la Mutualité Française a fait réaliser une étude* exclusive auprès des Français intitulée "Les Français et les médicaments".

Les résultats de ce sondage montrent que l’inquiétude des Français envers la sécurité des médicaments, qui s’est accrue pendant l’affaire du Médiator®, est désormais profondément ancrée dans l’opinion. Cette inquiétude se double du sentiment de ne pas être suffisamment informés. Toutefois, certaines solutions qui pourraient améliorer la situation leurs paraissent envisageables.

Pour Etienne Caniard, président de la Mutualité Française, les résultats de cette étude montrent que les Français font preuve d’une grande lucidité et qu’ils ont gardé en mémoire des drames sanitaires similaires. Il ne faudrait pas, néanmoins, que les Français perdent confiance dans le médicament, un des progrès médical majeur de ces 50 dernières années.

Une inquiétude profonde
Plus de 3 Français sur 4 (77%) estiment que le Médiator® n’est pas un cas "exceptionnel et limité à ce médicament", mais bien une "défaillance globale du système" mettant en doute la sécurité de tous les médicaments. Ce chiffre est en hausse de 8 points par rapport à une précédente étude réalisée au mois de janvier 2011**.

Une défiance forte à l’égard des pouvoirs publics
Cette inquiétude est notamment liée à une défiance forte à l’égard des politiques. Ainsi, 2 Français sur 3 (63%) ne font pas confiance à la capacité des pouvoirs publics à éviter des affaires similaires à celles du Médiator®.

Le sentiment de ne pas être suffisamment informés
Plus de 8 Français sur 10 (84%) pensent que les patients ne sont pas suffisamment informés et plus d’1 sur 2 (54%) estiment qu’il en est de même pour les autorités politiques.

A l’inverse, 57% des Français jugent que les pharmaciens sont bien informés et 55% émettent la même opinion pour les médecins.

Des solutions globalement jugées utiles et réalistes
Interrogés sur plusieurs propositions susceptibles d’améliorer la sécurité des médicaments, les Français se prononcent systématiquement en leur faveur.

Ainsi, 87% des Français sont favorables à l’idée de réduire l’influence des laboratoires pharmaceutiques sur les professionnels de santé et 55% jugent utiles de permettre à l’Etat de contrôler plus étroitement la promotion et la publicité des groupes pharmaceutiques.

74% des Français estiment qu’il serait à la fois utile et réalisable de permettre aux professionnels de santé de signaler aux pouvoirs publics les effets indésirables des médicaments.

59% sont favorables à l’idée de faire un bilan scientifique et médical de l’utilité et des effets des médicaments tous les 5 ans

Enfin, 55% souhaitent qu’un site renseigne le grand public sur chaque médicament en vente.

* Ce sondage exclusif a été réalisé en mai 2011 pour la Mutualité Française par l’institut TNS Sofres. Il a été effectué par téléphone auprès d’un échantillon national de 1.000 personnes représentatif de l’ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

** Etude réalisée pour Canal + par TNS Sofres.

A propos de la Mutualité Française
Présidée par Etienne Caniard, la Mutualité Française fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, soit près de 600. Six Français sur dix sont protégés par une mutuelle de la Mutualité Française, soit près de 38 millions de personnes et quelque 18 millions d’adhérents.

Organismes à but non lucratif, ne pratiquant pas la sélection des risques et régis par le code de la Mutualité, les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale.

Les mutuelles disposent également d’un réel savoir-faire médical et exercent une action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers près de 2.500 services de soins et d’accompagnement mutualistes : établissements hospitaliers, centres de santé médicaux, centres dentaires et d’optique, établissements pour la petite enfance, services aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, etc.

La Mutualité Française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales et ses services de soins et d’accompagnement.

Pour accompagner les adhérents des mutuelles tout au long de leur vie pour tous leurs problèmes de santé, la Mutualité Française a créé Priorité santé mutualiste, service d’information, d’aide à l’orientation et de soutien sur des questions de santé.