Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

La Mutualité française publie l’édition 2009 de son « Mémento médicament »

La Mutualité française, qui fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, vient de publier l’édition 2009 de son "Mémento médicament". Ce dépliant fournit aux acteurs du système de santé les principales données sur le marché du médicament en France pour l’année 2008 et le détail de son financement par les mutuelles.

L’édition 2009 du "Mémento médicament" analyse notamment l’évolution du marché des médicaments génériques et met en exergue des comportements en matière de prescription médicamenteuse qui nuisent au développement de ce marché en France. Elle fait également un focus sur l’évolution des dépenses de médicaments vasodilatateurs à service médical rendu insuffisant (SMRi)* et sur la faible progression du marché de l’automédication, 2%, malgré le libre accès en juillet 2008.

Utilisation des génériques : 1,3 milliard euro d’économie en 2008, 400 millions d’euros d’économie encore possible

En 2008, le chiffre d’affaires des médicaments génériques a atteint 3,8 milliards d’euros, soit une progression de 10,3% par rapport à 2007.

La délivrance de médicaments génériques à la place de médicaments princeps a permis d’économiser 1,3 milliard d’euros. Ces économies résultent essentiellement de l’action combinée de la substitution de génériques grâce à la participation des pharmaciens et à la poursuite du déploiement du dispositif "tiers payant contre génériques". Les économies potentielles restent encore importantes. Pour 2008, elles ont été estimées à 400 millions d’euros.

Malgré une progression importante des ventes, les médicaments génériques ne représentent que 12,7% du marché total des médicaments vendus en pharmacies, ce qui place la France en dernière position par rapport à l’Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Pour la Mutualité française, cette situation résulte notamment de la mise en place de nombreuses stratégies d’entrave au développement des médicaments génériques par les laboratoires princeps : dépôts de brevet secondaires, campagnes de dénigrement et stratégies de contournements des génériques mises en place par l’industrie pharmaceutique, via la pression des visites médicales.

Détournement des prescriptions de médicaments génériques : plus coûteux et sans bénéfice thérapeutique pour le patient

Pour illustrer les stratégies de détournement des génériques sous la pression de la visite médicale des laboratoires pharmaceutiques princeps, l’édition 2009 du "Mémento médicament" procède à une analyse comparative entre l’évolution des prescriptions de statines qui disposent de génériques et celles encore protégées par des brevets. Le résultat de cette analyse montre deux tendances opposées :

- une diminution continue des prescriptions de statines génériquées : 42% en 2008 contre 57% en 2004,

- une augmentation continue des prescriptions de statines encore brevetées et donc non substituables par des génériques : 58% en 2008 contre 43% en 2004.

Cette analyse, transposable à de nombreuses classes thérapeutiques, illustre un phénomène préoccupant, malgré la maîtrise médicalisée dont un des objectifs vise la prescription de génériques.

Médicaments vasodilatateurs à service médical rendu insuffisant : encore 254 millions d’euros dépensés en 2008

En 2008, malgré une tendance à la décroissance, les dépenses de médicaments vasodilatateurs se sont encore élevées à plus de 254 millions d’euros. Leur performance a pourtant été jugée insuffisante par la Haute Autorité de santé (HAS), et ils sont susceptibles d’entraîner une perte de chance, par inobservance d’autres traitements majeurs chez des patients notamment âgés, qui ont en général plusieurs facteurs de risque et qui sont polymédiqués.

L’édition 2009 du "Mémento médicament" de la Mutualité française est disponible sur le site Internet de la Mutualité française www.mutualite.fr ou auprès du service de presse.

*SMR : le Service Médicale Rendu est évalué par la Commission de la Transparence. Il est qualifié de majeur, important, modéré, faible, ou insuffisant (SMRI) pour justifier le remboursement.

A propos de la Mutualité française
Présidée par Jean-Pierre Davant, la Mutualité française fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, environ 800. 6 Français sur 10 sont protégés par une mutuelle de la Mutualité française, soit près de 38 millions de personnes et quelque 18 millions d’adhérents.

Organismes à but non lucratif, ne pratiquant pas la sélection des risques et régis par le code de la Mutualité, les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale.

Les mutuelles disposent également d’un réel savoir-faire médical et exercent une action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers leurs 2 300 services de soins et d’accompagnement mutualistes : établissements hospitaliers, centres de santé médicaux, centres dentaires et d’optique, établissements pour la petite enfance, services aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, etc.

La Mutualité française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales et ses services de soins et d’accompagnement.