Salle de presse

Constance Baudry

T : 01 40 43 30 21
P : 06 85 29 82 22

constance.baudry@mutualite.fr

Consultation de prévention pour les plus de 70 ans : une très bonne mesure prévue par le PLFSS 2007

La Fédération Hospitalière de France (FHF), la Fédération pour l’insertion des personnes sourdes et des personnes aveugles en France (FISAF) et l’Union nationale mutualiste personnes âgées personnes handicapées (UNMPAPH) saluent le nouveau dispositif de consultation de prévention pour les personnes âgées de plus de 70 ans prévu par le PLFSS 2007. Cette mesure était souhaitée par les trois organisations depuis fort longtemps.

Cette consultation permettra de détecter de manière précoce les maladies liées au vieillissement et assurera une meilleure qualité de vie aux personnes âgées. Cette consultation vise à la prévention des facteurs médicaux ou sociaux conduisant à la dépendance : troubles de l’équilibre, troubles de mémoire, facteurs favorisant l’ostéoporose, la dénutrition, l’isolement, la dépression, les chutes, l’incontinence etc…

La FHF, la FISAF et l’UNMPAPH espèrent qu’elle s’attachera également à détecter les troubles sensoriels, dont souffrent de nombreuses personnes âgées et qui sont pour le moment fort mal évalués et traités.

Ainsi, l’enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance montre que 274.800 personnes déficientes visuelles (3,2%) et 950 600 déficients auditifs (11,1%) résidant à domicile ont plus de 60 ans. Il est également noté que 60% des déficients sensoriels présentent une autre déficience.

La prévalence de la déficience visuelle et de la déficience auditive est plus importante au fur et à mesure que l’âge avance. Plus particulièrement encore pour la déficience auditive : 20% des 60-69 ans, 30% des 70-79 ans, 46% des 80-90 ans et 64% des 90 ans et plus ; ainsi, avec l’accroissement de l’espérance de vie, c’est plus d’une personne âgée sur deux qui sera concernée demain par une déficience auditive de type "presbyacousie".

Devenir sourd ou perdre la vue lorsque l’on est âgé n’est pas une fatalité à laquelle il faut se résigner. Au contraire, ces troubles doivent être diagnostiqués le plus tôt possible et compensés afin de prévenir d’autres troubles associés, tels que des problèmes d’équilibre, d’isolement entraînant ou accélérant les processus de détérioration intellectuelle et cognitive.

 

Contacts presse :

FHF : Nicolas Péju, Directeur de la communication, n.peju@fhf.fr, 01.44.06.85.22
FISAF : Maurice Becarri, Directeur Général, m.becarri@fisaf-asso.fr, 05.5777.48.30
UNMPAPH : Nathalie Chevallier, Chef de projet, nathalie.chevalliersante@mutualite.fr, 01.40.43.62.53