L’engagement

Le rôle des mutuelles ne se résume pas au simple remboursement des actes médicaux. Elles s’engagent à trouver des solutions solidaires pour accompagner leurs adhérents tout au long de leur vie.

Faire de la solidarité une réalité

Depuis sa structuration à la fin du XIXe siècle, le mouvement mutualiste contribue au développement d’une protection sociale solidaire en s’adaptant aux nouveaux besoins de la société sur tout le territoire :

  • assurance maladie,
  • structures de soins,
  • petite enfance,
  • retraite,
  • maintien de l’autonomie,
  • services à la personne.

 

Garantir l’accès aux soins pour tous

Le mouvement mutualiste met en œuvre des actions pour lever les obstacles financiers à l’accès aux soins :

  • en nouant des accords avec des professionnels de santé pour limiter les dépassements d’honoraires et réduire les sommes restant à la charge des patients ;
  • en contribuant à la généralisation du tiers payant pour éviter l’avance des frais de santé ;
  • en développant un réseau de centres de soins mutualistes pour faciliter l’accès à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire à des tarifs maîtrisés ;
  • en dépensant chaque année plus de 100 millions d’euros pour permettre aux personnes en difficulté de continuer à se soigner.

 

Prendre en charge la santé dans sa globalité

Le mouvement mutualiste est le premier acteur de prévention et de promotion de la santé en France après les pouvoirs publics. Ses objectifs :

  • empêcher ou retarder l’apparition de problèmes de santé (information sur la vaccination, lutte contre le tabagisme, promotion d’une alimentation équilibrée…) ;
  • augmenter le diagnostic et le dépistage précoce des maladies ;
  • limiter l’impact des problèmes de santé sur la qualité de vie des personnes malades et de leur entourage (programmes thérapeutiques, maintien de l’autonomie, accompagnement des aidants…).

Impression

Mettre l’économie au service de la personne

Membre fondateur de l’économie sociale et solidaire, le mouvement mutualiste est composé de sociétés de personnes, et non d’actionnaires, dont la mission d’utilité sociale se traduit dans les pratiques des mutuelles :

  • Accès universel : les mutuelles ne sélectionnent pas leurs adhérents et les contrats sont garantis pour toute la durée de la vie.
  • Egalité de traitement : la tarification des mutuelles ne varie pas en fonction du risque individuel.
  • Absence de but lucratif : les frais de gestion des mutuelles sont utilisés au bénéfice de la protection sociale des adhérents.
  • Démocratie : les décisions importantes des mutuelles sont prises par leurs propres adhérents élus selon le principe « un adhérent, une voix ».