croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Jean-Martin Cohen Solal

jean-martin_cohen-solaLe parcours qui a conduit Jean-Martin Cohen Solal jusqu’au poste de délégué général de la Mutualité Française débute à Alger en 1950. Issu d’une famille de médecins, le jeune homme marche dans les traces de son père, chirurgien. Il exerce à Paris à partir de 1977, puis intègre le cabinet du ministère de la Santé en 1981.

De 1981 à 1986, il est délégué général du Comité français d’éducation pour la santé, (aujourd’hui l’Inpes). On lui doit l’une des premières grandes campagnes contre l’alcoolisme, avec un slogan qui marque les esprits : "Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts." Trente ans plus tard, il en sourit encore : "Je crois que cela a fonctionné parce qu’on prônait la modération, et non l’abstinence !"

De 1986 à 1990, il s’investit dans plusieurs agences privées de communication. Chargé en 1988 du lancement de la Fondation de l’avenir par la Mutualité Française, il fait deux rencontres déterminantes : Jean-Pierre Davant, alors président de la FNMF, et Etienne Caniard, qui lui a succédé en 2010.

Après un retour au ministère de la Santé et un passage au ministère du Commerce extérieur auprès de Bruno Durieux, il rejoint la Mutualité Française en 1996 comme directeur de la communication et de l’information. Il est nommé directeur général adjoint de la FNMF en 2006, directeur général en 2009 et enfin délégué général en juillet 2013.

Jean-Martin Cohen Solal n’a jamais interrompu tout à fait son activité médicale. "Cela m’aide à comprendre les patients… et les médecins, qui restent mes interlocuteurs."