Vingt propositions pour développer l’hospitalisation à domicile

Dans un rapport publié hier, la Mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la Sécurité sociale (Mecss) de l'Assemblée nationale fait une vingtaine de propositions pour développer l'hospitalisation à domicile. "Le recours à l'HAD n'est pas assez fréquent en France. L'objectif est de lever les freins et qu'elle devienne une priorité de santé publique", estime Joëlle Huillier, l'auteure du rapport, dans Le Figaro.

L'HAD est prise en charge à 80% par la Sécu ou à 100% pour les patients en affection de longue durée (ALD). "Globalement, son coût serait environ deux fois moins élevé qu'une hospitalisation classique", relève Le Figaro. En 2013, un objectif fixait un doublement de l'activité de l'HAD d'ici à 2018, pour représenter 1,2% de l'ensemble des hospitalisations complètes. "Un objectif déjà peu ambitieux, l'hospitalisation à domicile représentant jusqu'à 5% de l'activité hospitalière dans certains pays", note Le Figaro.

"Pour développer l'HAD en France, il est indispensable de mieux la définir. Elle n'a pas vocation à se substituer aux services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) ou aux soins de ville", souligne Joëlle Huillier. Cela passe par la fixation des pathologies pouvant être traitées à domicile.

Parallèlement, le rapprochement avec des établissements hospitaliers implantés sur un même territoire permettrait de mieux garantir le caractère hospitalier de l'hospitalisation à domicile. "Certaines HAD fonctionnent cinq jours par semaine, (…) de nouvelles obligations sont nécessaires", ajoute l'auteure du rapport, qui viserait un fonctionnement 7 jours sur 7, note Le Figaro.

Autre obstacle, l'hospitalisation à domicile présente de fortes disparités régionales. Pour y remédier, Joëlle Huillier propose de créer des antennes légères couvrant l'ensemble du territoire. Les patients pourraient s'y rendre ponctuellement, tout en continuant de recevoir la plupart des soins à domicile.

La Mecss dénonce également un modèle de tarification obsolète : "On ne peut se satisfaire d'attendre 2019 pour qu'une nouvelle tarification soit mise en place." L'hospitalisation à domicile reste méconnue des médecins et infirmières. Le rapport préconise donc un enseignement de la prise en charge en HAD destiné aux futurs professionnels de santé.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)