croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Vieillissement de la population : le défi européen

La baisse de la population active dans tous les pays européens risque de mettre en péril le financement des dépenses de santé et de retraite.

"Comme l'ensemble des pays industrialisés, l'Europe vieillit rapidement du fait de l'allongement de l'espérance de vie et de la chute de la natalité", rappelle Laurent Chalard, géographe de la population à Paris-Sorbonne, dans Le Monde.

Dans les prochaines années, la plupart des membres de l'Union européenne (UE) vont voir leur population active diminuer. Le nombre de 20-64 ans devrait baisser de 0,4% par an d'ici à 2040, selon les projections d'Eurostat.

En l'absence d'apport migratoire, l'Europe pourrait ainsi perdre 16% de sa population d'ici à 2060. Avec, bien sûr, des disparités entre les pays. "La France est mieux lotie, elle vieillit moins vite que l'Italie, l'Espagne ou l'Allemagne", souligne, dans Le Monde, Gérard Cornilleau, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Pour certains, le vieillissement de la population peut représenter une opportunité. La "Silver Economy" pèserait aujourd'hui 7.500 milliards d'euros annuels dans le monde, et devrait contribuer pour un tiers à la croissance des principales économies au cours des trente prochaines années.

Dans le même temps, le vieillissement de la population aura un impact indéniable sur le financement des dépenses sociales. "Les dépenses publiques des pays membres de l'UE liées à la retraite et à l'aide aux personnes âgées devraient augmenter de 50% d’ici à 2060 pour atteindre 12% du PIB, selon Bruxelles. Sans parler des dépenses de santé", rapporte Le Monde.

D'où les réformes enclenchées dans nombre d'Etats, en particulier pour pérenniser leurs systèmes de retraite. Mais "décaler l'âge du départ en retraite ne suffira pas", estime le quotidien. "Former les seniors afin qu'ils conservent leur emploi et continuent de développer leurs compétences est tout aussi indispensable", souligne Mathilde Lemoine, chef économiste du groupe Edmond de Rothschild dans ses colonnes.

Certains pays expérimentent d'autres mesures, telles que l'ouverture à l'immigration, comme en Allemagne, ou encore le développement du taux d'emploi des femmes, notamment en Europe du sud. "L'enjeu n’est pas seulement de compenser le déclin de la population active, mais aussi de réduire les inégalités parmi les retraités, précise Le Monde. Car selon Eurostat, le montant des pensions des femmes européennes est, en moyenne inférieur de 37% à celui des hommes".

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)