croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Vaccins : la Cour des comptes veut « conforter la confiance »

L'amélioration de la politique vaccinale et le redressement de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) figurent parmi les thèmes abordés par la Cour des comptes dans son rapport annuel, présenté le 7 février 2018.

"La politique vaccinale : un enjeu de santé publique, une confiance à conforter", est l'un des volets du rapport de la Cour des comptes, publié le mercredi 7 février. Face à la montée de "l'hésitation vaccinale" dans une partie de la population, le rapport critique sévèrement le manque "de réactivité et de force" de la part des pouvoirs publics.

"Les plans successifs visant à relancer la politique vaccinale n'ont débouché que sur des mesures partielles, mal coordonnées, insuffisantes pour renforcer suffisamment l'adhésion vaccinale", estime la Cour. Provoquant ainsi la réapparition de certaines maladies, comme la rougeole (24 000 cas déclarés entre 2008 et 2016), souligne Le Monde. La Cour des comptes dénonce notamment une stratégie "partielle et imparfaite" d'information et de communication sur les vaccins.

Ce constat intervient quelques semaines après le passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les enfants, rappelle Le Monde. Une mesure saluée par la Cour des comptes, qui y voit une "clarification nécessaire", mais qui "doit impérativement s'inscrire dans une stratégie d'ensemble plus large pour conforter durablement la confiance".

Pour y parvenir, les magistrats formulent une série de propositions. Parmi elles : ouvrir à un plus grand nombre de professionnels de santé la possibilité, à l'instar de l’expérimentation qui a permis à des pharmaciens de vacciner sous certaines conditions contre la grippe.

Dans un autre registre, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) reçoit un satisfecit de la Cour des comptes, souligne Le Figaro (page 20).

Douze ans après sa création, la CNSA "est devenue un acteur majeur du secteur médico-social et a su prendre en charge les missions de plus en plus larges qui lui ont été confiées", estiment les magistrats. Ainsi, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie a mis en place une grande partie des recommandations faites lors du dernier contrôle : suppression de la "réserve nationale" (part des dotations affectées sur instruction personnelle du ministre), création de relations suivies avec les équipes médico-sociales des départements, développement d'un système d'information commun des maisons départementales des personnes handicapées, énumère Le Figaro.

Des progrès sont encore attendus par la Cour des comptes dans la répartition des moyens alloués aux agences régionales de santé (ARS) ou dans la redéfinition de ceux alloués aux départements pour l'allocation personnelle d'autonomie (Apa) et la prestation de compensation du handicap (PCH).

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)