croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Vaccination : pour se protéger et protéger les autres

En France comme dans le monde, la vaccination est la seule prévention individuelle efficace contre un certain nombre de maladies. C'est aussi un véritable enjeu de santé publique : les vaccinations massives font disparaître les grandes épidémies.

Comment la vaccination agit-elle ?

Par une piqûre le plus souvent dans le haut du bras ou la fesse, le médecin ou l'infirmière introduit le vaccin dans le corps pour stimuler ses défenses immunitaires.
L'effet protecteur d'un vaccin commence 10 à 15 jours après l'injection. Quand la vaccination de base, généralement acquise dans l'enfance, est complète, la durée de la résistance de l'organisme varie selon les maladies : plusieurs années ou à vie. Pour certains vaccins, il faut procéder à des rappels tout au long de l'existence pour rester protégé.

La vaccination, tout le monde en profite !

En France, on meurt encore du tétanos, qui tue chaque année 200 000 nourrissons à l'échelle de la planète. La rougeole fait un million de morts par an dans le monde et provoque des encéphalites. En vous faisant vacciner, vous vous protégez de maladies mortelles, vous protégez vos proches d'une éventuelle contagion et vous contribuez à l'éradication de ces maladies.

Y a-t-il des risques à se faire vacciner ?

Les risques sont minimes par rapport aux bénéfices. La plupart des vaccins sont inactivés. Vous ne risquez donc pas de développer la maladie après une injection. On constate parfois quelques manifestations bénignes : inflammations locales, fièvre, douleurs, fatigue… Il existe de très rares cas de contre indication, identifiés par le médecin traitant. C'est pourquoi la vaccination reste un acte médical à part entière.

L'avenir de la vaccination

La vaccination reste le seul moyen de se protéger de certaines maladies mortelles, comme la rage ou la rougeole. C'est un domaine en perpétuelle évolution avec l'apparition de nouveaux vaccins : contre le papillomavirus favorisant le cancer du col de l'utérus, contre le pneumocoque de la méningite qui fera bientôt partie des vaccinations recommandées… Demain, le chikungunya, le paludisme et la shigellose auront sans doute leur vaccin.

La prise en charge par la Sécurité sociale

Sur prescription et sous certaines conditions, la Sécu rembourse à 65% les vaccins contre les maladies suivantes : coqueluche, diphtérie, tétanos, rougeole, oreillons, rubéole, poliomyélite, tuberculose, varicelle, hépatite B, méningite, infections à pneumocoques. L'injection est remboursée à 70% lorsqu'elle est pratiquée par votre médecin et à 60% lorsqu'elle est effectuée par une infirmière, sur prescription. Elle est prise en charge à 100% pour certaines affections de longue durée. Des vaccins sont recommandés, voire obligatoires, pour partir dans certains pays étrangers (fièvre jaune, choléra…), mais non remboursés.