croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Une vidéo sur l’intérêt de l’hypnose en chirurgie

Reportage vidéo au sein du Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble qui pratique des opérations sous hypnose. Environ 200 interventions chirurgicales y sont réalisées chaque année avec cette technique innovante favorisant une récupération rapide du patient.

Au sein du Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble, certains patients peuvent bénéficier de soins sous hypnose, ce qui permet notamment de diminuer l’anxiété du malade et ses sensations douloureuses. Reportage vidéo dans cet établissement où l’utilisation de cette technique innovante a démarré en 2010 dans le service de chirurgie (voir notre vidéo). Environ 200 interventions chirurgicales y sont effectuées chaque année sous hypnose.

Tout a commencé à l’initiative de médecins anesthésistes-réanimateurs spécialement formés. Aujourd’hui, plus d’une dizaine de médecins anesthésistes-réanimateurs et d’infirmiers-anesthésistes sont habilités à accompagner le patient dans son "voyage" hypnotique, tandis qu’il se fait opérer par un chirurgien.

La moitié de notre équipe de sage-femmes est en train d’être formée à l’hypnose pour les prises en charge à la maternité. Les débuts sont aussi prometteurs que pour la chirurgie !, nous indique Annabelle Goisot, chargée de communication et de l’événementiel au GHM.

Si certains patients arrivent déjà avec la volonté d’être opérés sous hypnose, cette décision est généralement prise par l’équipe médicale en fonction de l’opération prévue, en concertation avec le malade. Contre-indiquée pour des pathologies lourdes, l’hypnose peut cependant être largement utilisée, notamment en chirurgie vasculaire, radiologie, gynécologie, cardiologie ou cancérologie.

Un bloc plus calme

Durant l’opération, l’ambiance du bloc opératoire est plus calme que d’ordinaire. Le patient se laisse progressivement aller dans ses pensées au son de la voix de l’anesthésiste. Se laissant guider, il revit un moment agréable de sa vie tout en se détachant de la réalité médicale. Ce moment précis est défini au préalable avec le praticien.

A l’instar de deux femmes rencontrées à cette occasion, les patients optent très souvent pour un souvenir de vacances. Arrivées le matin, elles sont toutes deux ravies de quitter l’hôpital le jour même, très peu de temps après leur intervention chirurgicale.

Une récupération très rapide qui découle directement de l’utilisation de l’hypnose. Cette pratique évite la réalisation d’anesthésies générales au profit d’anesthésies locales. De fait, les produits anesthésiants sont utilisés en faible quantité, limitant ainsi les effets secondaires associés (vomissements, nausées…). En plus de ce confort post-opératoire, l’hypnose améliore la relation humaine entre les patients et les professionnels de santé.

Le GHM Grenoble en chiffres

Le Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble est un établissement de santé privé d’intérêt collectif (Espic) à but non lucratif participant au service public hospitalier. L’an passé, il a enregistré 63.000 consultations, 28.000 passages aux urgences, 18.800 séjours en hospitalisation complète et 18.300 en ambulatoire. Cet établissement compte plus de 450 lits et places dont 355 en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO). Le service de cancérologie comprend 30 lits en hospitalisation, dont 8 lits pour les soins palliatifs. Environ 30.000 séances de radiothérapie et chimiothérapie y sont réalisées chaque année. L’hôpital dispose également d’une activité de soins de suite et de réadaptation.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)