croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Une convention pour développer l’offre en petite enfance

Signature, le 12 juin, de la convention entre Etienne Caniard, président de la Mutualité Française, Michelle Dange, présidente de Générations mutualistes, et Daniel Lenoir, président de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).

Faciliter le développement des crèches et des relais d’assistantes maternelles mutualistes : c’est l’objectif de la convention tripartite conclue par Générations mutualistes, la Mutualité Française et la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), le 12 juin, lors du congrès de Nantes.

La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) a besoin de promoteurs de projets pour ouvrir les 100.000 places de crèche et 100.000 places d’assistante maternelle promises par le gouvernement pour la période 2013-2017. Des objectifs difficiles à tenir du fait des tensions budgétaires que rencontrent les communes, principaux financeurs des projets.

Pour faciliter l’émergence de projets, la Cnaf a décidé de signer des conventions avec les acteurs de la petite enfance. Celle conclue, le 12 juin, avec Générations mutualistes et la Mutualité Française est la première du genre.

Avec cette convention, la Cnaf reconnaît la Mutualité comme un acteur important du secteur. "Générations mutualistes regroupe 215 structures dédiées à la petite enfance. Cette convention, qui n’a pas d’aspects financiers, témoigne de notre engagement à poursuivre la création d’établissements et de services", explique Michelle Dange, présidente de Générations mutualistes.

"De fait, notre légitimité est renforcée. Cela facilitera la mise en place des projets qui auront été acceptés par les communes. La Mutualité sera désormais identifiée par les caisses d’allocations familiales (Caf) hors des départements où nos structures sont déjà implantées", poursuit Laetitia Lagarde, responsable animation et développement petite enfance de Générations Mutualistes.

Une offre présente dans 32 départements

Relancée dans les années 90 dans le Rhône, l’offre petite enfance de la Mutualité Française s’est développée dans les années 2000 de manière significative en Anjou-Mayenne puis en Haute-Garonne, Bourgogne et Limousin. Elle s’étend désormais à 32 départements.

"Cette offre est structurée en réseau professionnel depuis 2004. C’est un retour aux sources pour la Mutualité qui avait développé dès le 19e siècle des crèches pour les ouvrières puis proposé les premiers congés maternité à travers les mutuelles maternelles. Aujourd’hui, nos structures répondent aux nouveaux besoins et sont innovantes. Nous avons, par exemple, des crèches intergénérationnelles ou des accueils en horaires atypiques", rappelle Fabienne Vincent, chargée de mission santé à la direction santé de la Mutualité Française.

"Promouvoir l’égalité des chances"

Par cette convention tripartite, Générations mutualistes s’engage à "développer une offre de qualité notamment au travers de démarche de certification Qualimut’Enfance", indique le texte, ainsi que de "promouvoir l’égalité des chances et l’accueil de tous les enfants au sein des établissements mutualistes. A titre d’exemple, la Mutualité Française Anjou-Mayenne propose aux personnels une formation à l’accueil d’enfants en situation de handicap. "Elle permet de lever les peurs et facilite l’intégration d’enfants en situation de handicap en milieu ordinaire", souligne Laetitia Lagarde.

La lutte contre les inégalités défendue par toutes les structures de la Mutualité Française est également un des objectifs de la convention. "Nous partageons cette valeur essentielle avec la Cnaf. Nous expérimentons également un programme appelé ‘jeux d’enfants’ qui vise, dans nos structures, à conforter l’acquisition du langage et le développement cognitif des enfants en difficultés", conclut Laetitia Lagarde.

Caroline Fornelies

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)