Une cinquième réforme pour l’hôpital

Hier, au cours de sa première conférence de presse présidentielle, Nicolas Sarkozy a quelque peu créé la surprise en vue de "sortir de la période délicate qu’il traverse", jugent ce matin Les Echos (pages 2 à 4). Sa façon de s’attaquer "à de nouveaux tabous", comme le titre ce quotidien, lui permet ainsi de signifier aux Français qu’"il s’occupe d’eux malgré la difficulté à répondre au problème du pouvoir d’achat".

"Vous avez dit pouvoir d’achat ?", ironise à ce sujet Libération (pages 2 à 8). "En deux heures de conférence de presse, la question fut presque esquivée." En effet, "de la Constitution à la croissance en passant par l’environnement, Nicolas Sarkozy a évoqué hier, de nombreux thèmes", parmi lesquels figurent une éventuelle fin des 35 heures ou encore l’avenir de l’hôpital public.

Parce que "l’hôpital est en déshérence et (que) les 35 heures lui ont porté le coup de grâce", rapporte La Tribune (page 27), le président prévoit de réformer le fonctionnement des établissements en 2008. Pour cela, il envisage de modifier "de fond en comble" leur gestion et leur gouvernance. Il estime que l’hôpital n’est "plus gouverné : tout le monde a suffisamment de pouvoir pour dire non et personne n’a du pouvoir pour dire oui".

D’après le quotidien économique, l’idée de cette réforme avait déjà été dévoilée en octobre dernier lors d’un déplacement du chef de l’Etat au CHU de Bordeaux. A cette époque, il s’était prononcé pour que le directeur de l’hôpital soit "le seul patron reconnu".

Une cinquième réforme en quinze ans devrait donc être engagée, prévoit Libération, même si "la dernière, lancée par Jean-François Mattei, puis mise en musique par Xavier Bertrand, n’est toujours pas complètement appliquée".

La mouture de celle-ci consistera, entre autres, à transformer "les structures hospitalières sous-utilisées pour accueillir les personnes âgées". Une de ces pistes a d’ailleurs été suggérée par la mission Larcher, "qui doit rendre ses conclusions en avril", précise Le Figaro (pages 2 à 6). Le président veut également aider les jeunes médecins à s’installer dans les zones rurales et les banlieues. Cette mesure fera d’ailleurs l’objet des prochains Etats généraux de l’organisation des soins, annonce également ce quotidien.

D’après L’Humanité (page 4), Nicolas Sarkozy a aussi "osé plaider" la nécessité de garantir à tous un égal accès à la qualité des soins, quels que soient les moyens de chacun. "Cela, une semaine après l’entrée en vigueur des franchises qui, dans leur principe même, bafouent l’égalité d’accès aux soins !"

A lire aussi dans la prese - Vers de nouveaux contrats de travail ?

C’est aujourd’hui qu’ont lieu les dernières négociations sur le contrat de travail, prévient Libération (page 20). Ainsi, "demain soir au plus tard, les partenaires sociaux doivent parvenir à un accord sur un texte […] rédigé essentiellement par le Medef". Pour l’organisation patronale, indique Le Figaro (page 21), "l’idée est d’assouplir le marché du travail".

Parmi les points majeurs définis dans ce texte, Le Figaro signale "l’allongement de la période d’essai". Jugée actuellement trop courte par les employeurs, cette mesure prévoit un essai de "trois mois renouvelable une fois pour les ouvriers, employés et techniciens", soit trois fois plus qu’actuellement. Pour les cadres en revanche, la période d’essai serait doublée, pour atteindre six mois renouvelables une fois. Même si une indemnité de départ est prévue en cas de rupture, les syndicats considèrent cette période d’essai trop longue.

Autre nouveauté, mentionne Libération, "la rupture à l’amiable". Venant s’ajouter à la démission et au licenciement, cette nouvelle forme de séparation entre l’employeur et l’employé ne pourrait être "imposé de façon unilatérale par l’une ou l’autre partie". La rupture décidée par consentement mutuel ouvrirait ainsi l’accès à des indemnités et à des allocations chômage, ce qui n’est pas le cas actuellement en cas de démission. Les syndicats jugent assez suspecte cette mesure…

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)