croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Un service d’urgence sur dix menacé de disparition

Faute de personnel, une demi-douzaine de services d'urgence et de Smur (service mobile d'urgences et de réanimation) ont dû fermer leurs portes temporairement cet été. Un chiffre relativement faible compte tenu d'un total de 650 services en France, mais qui révèle le manque de médecins urgentistes, estime Le Figaro-économie (pages 24 et 25). Selon le Centre national de gestion du personnel hospitalier, 389 postes étaient vacants fin juin. Un chiffre sous-estimé selon les experts.

Les syndicats d'urgentistes sont immédiatement montés au créneau pour réclamer plus de recrutements. Une demande loin d'être approuvée par les agences régionales de santé (ARS) de Rhône-Alpes et de Basse-Normandie, qui souhaitent au contraire restructurer certains services d'urgence considérés en sous-activité. De son côté, l'ARS de Poitou-Charentes attend de savoir quelles suites la ministre de la Santé donnera aux propositions du rapport Grall, remis fin juillet.

Les urgences, c'est à la fois, pour la population, le premier et le dernier recours. Leur éventuelle fermeture reste très angoissante au niveau local.

Pour Jean-Yves Grall, il faut "éviter la présence inutile de médecins (urgentistes) lors de période de faible activité ou sur des structures à faible activité globale". Selon les cas, certains petits services d'urgence à faible activité (inférieur à 8.000 ou 10.000 passages par an) pourraient évoluer et être transformés en centre de consultations médicales sans urgentiste et sans rendez-vous. Les maisons de santé pourraient être estampillées "centre de soins non programmés".

Les ARS hésitent avant de se lancer dans les restructurations, tant l'opération peut se révéler délicate. "Les urgences, c'est à la fois, pour la population, le premier et le dernier recours, estime, dans Le Figaro (page 25), Olivier Véran, neurologue et ancien député socialiste. Donc, leur éventuelle fermeture reste très angoissante au niveau local." A Valognes (Manche), 2.000 habitants et des centaines d'élus ont manifesté le 22 août dernier pour protester contre la fermeture de l'hôpital local. Le Smur a été rouvert pour traiter les urgences graves. Le ministère de la Santé hésite encore sur les suites à apporter au rapport Grall.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)