Un plan contre la pauvreté

Hier s'est ouverte la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale au Conseil économique, social et environnemental (Cese), à Paris. Après deux jours de tables rondes, le Premier ministre annoncera cet après-midi les grands axes d'un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales a tenu à rappeler "quelques chiffres alarmants", écrit Le Figaro (page 23). La France connaît actuellement un taux de pauvreté de 14,1%, un chiffre "qui claque comme une gifle" et qui n'a jamais été si haut depuis 1997, a indiqué Marisol Touraine. Plus de 8,5 millions de nos concitoyens vivent ainsi avec moins de 964 euros par mois, 3,5 millions sont mal logés et 800.000 ont recours à de l'aide alimentaire.

Pour sortir de cette situation, la ministre préconise un "véritable changement de méthode" par rapport aux "discours stigmatisants" de l'ère Sarkozy, rapporte Le Figaro. Dans ce sens, Jean-Marc Ayrault doit annoncer une revalorisation de 2% du RSA en 2013, "une hausse qui s'ajoutera à l'indexation du RSA sur l'inflation, qui interviendra comme tous les ans, au 1er janvier 2013", annoncent Les Echos (page 4).

Cette revalorisation, croit savoir le quotidien, devrait être poursuivie au même rythme dans les années à venir, ce qui coûterait "un peu plus de 1 milliard d'euros aux finances publiques en rythme annuel à la fin du quinquennat".
Ce "coup de pouce" aurait été ins­piré au gouvernement par le groupe de travail qui a préparé la conférence sous l'égide de Bertrand Fragonard, président délégué au Haut Conseil de la Famille. Le groupe avait, en effet, pointé "un net décrochage du RSA par rapport au Smic et aux salaires dans leur ensemble".

Selon le quotidien économique, l'initiative est plutôt nécessaire, car "inflation déduite, le RMI puis le RSA ont été revalorisés de 2,7% seulement depuis 1989". Aujourd'hui, le montant du RSA s'élève à 418 euros par mois pour une personne seule, une fois déduit le forfait correspondant aux aides au logement.

La question de l'hébergement devrait également être prise en compte, estime L'Humanité (page 11). Or, l'exécutif reste "en deçà des attentes", estime ce quotidien. Les associations considèrent qu'il faut trouver des "solutions structurelles en matière de logement", plutôt que des mesures transitoires. Actuellement, le plan hivernal dispose de 20.000 places disponibles alors qu'il en faudrait le double. "En favorisant l'intermédiation locative ou le conventionnement" dans le secteur privé, observe Christophe Robert de la Fondation Abbé-Pierre, 10 000 places supplémentaires pourraient d'ores et déjà être trouvées

Afflelou condamné pour "fraude aux mutuelles"
La Cour d'appel de Paris a condamné en septembre l'enseigne Afflelou à verser 1,2 million d'euros de dommages et intérêts a son concurrent Optical center pour "fraude aux mutuelles", indique l'UFC-Que choisir sur son site Internet (cliquer ici). En cause, explique cette association de consommateurs, "le gonflement artificiel des factures afin de permettre aux clients d'atteindre le montant le plus proche possible de leur forfait maximal de remboursement, voire l'obtention d'un remboursement en l'absence d'un besoin médical". Une pratique, qui n'est propre uniquement à Afflelou, note Que-Choisir, et qui est "dénoncée à plusieurs reprises par les médias et les mutuelles".
Frédéric Lavignette