Un label pour la complémentaire santé des retraités

En modifiant par amendement l'article 21 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016, le gouvernement a fait marche arrière sur les contrats de complémentaire santé destinés aux plus de 65 ans, constatent Les Echos (page 6). Il n'y aura finalement pas de "mise en concurrence", ni de "sélection" des contrats aidés, mais une simple "labellisation" qui devrait permettre la coexistence d'un plus grand nombre d'offres.

En contrepartie, l'avantage fiscal pour les acteurs de la complémentaire passe de 2% du montant des primes à 1%. "Les mutuelles ne voulaient pas de cet encadrement et de cette segmentation croissante du marché. Elles ont réussi à convaincre l'Elysée et Matignon d'imposer une modification du projet de loi", écrit Solveig Godeluck, dans son article des Echos.

"Alors que le texte initial de l'article 21 restait ambigu en proposant de restreindre le nombre d'opérateurs pouvant distribuer des contrats spécifiques pour les plus de 65 ans, cet amendement prévoit une véritable labellisation qui ne déstabilise, ni ne dégrade, la couverture actuelle de cette population d'assurés", note avec satisfaction Etienne Caniard dans un communiqué.

"La labellisation n'était pas notre choix de départ, rappelle le président de la Mutualité Française dans Les Echos (page 6). Ce n'est pas non plus la solution que nous attendions à la suite de notre congrès en juin, où François Hollande avait promis de faciliter l'accès des personnes âgées à la complémentaire santé. Mais c'est une voie de sortie."

La Mutualité Française restera vigilante lors de la rédaction des décrets d'application de cette réforme pour que soit respectée la qualité des offres labellisées, dans l'intérêt des assurés.

Pour autant, la Mutualité Française restera vigilante lors de la rédaction des décrets d'application de cette réforme pour que soit respectée la qualité des offres labellisées, dans l'intérêt des assurés.

Les mutuelles fournissent 70% des contrats individuels, rappellent Les Echos. "Un processus de sélection aurait favorisé les offres low cost en mettant l'accent sur le prix." Et ce, au détriment des mutuelles, dont "le point fort" est "justement la solidarité, la péréquation entre les générations", souligne le quotidien économique. "Les trois-quarts de nos contrats ont des cotisations qui n'augmentent pas plus vite que l'âge des souscripteurs, alors que chez les assureurs, seuls 15 % des contrats répondent à cette exigence", fait valoir Etienne Caniard à ce propos.

Par ailleurs, un sondage Vivavoice, publié hier et réalisé pour Harmonie mutuelle, Le Figaro et France Info, tend à prouver que dirigeants (96%) et salariés (77%) considèrent que leur entreprise sera "aux normes" pour la généralisation de la complémentaire santé au 1er janvier 2016, rapporte le site Internet de L'Argus de l'assurance (www.argusdelassurance.com). En outre, 57% des salariés et 60% des dirigeants estiment que cet accord sera "positif pour leur santé".

A lire aussi – Violences faites aux femmes : libérer la parole

A l'occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, le gouvernement lance aujourd'hui une nouvelle campagne (spots TV, affiches) visant à mieux faire connaître le 3919, numéro national d'écoute et d'orientation mis en place il y a deux ans, annonce Le Parisien/Aujourd'hui (page 12). La consultation de ce dispositif d'écoute a bondi de 52% en un an et le nombre d'appels dépasse les 70.000 chaque année !

Au moins une femme sur trois dans le monde est battue, victime de violence sexuelle ou maltraitée au cours de sa vie, souligne Libération (pages 18 et 19). "Il faut expliquer aux unes et aux autres, aux femmes et aux hommes, aux médecins et aux patients, aux enfants et aux adultes, aux employeurs et aux salariés, ce qu'est une violence", souligne, dans Libé, Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne et présidente de l'European Union of Women. "Informer, libérer la parole, protéger les femmes qui ont parlé, c'est primordial, ajoute-t-elle. C'est une question d'ordre privé, qui doit absolument être portée sur la place publique." Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint en France.

En bref

Social

– "Loi santé : un passage en force dénoncé." Après un report de vote à l'Assemblée nationale, une petite place devrait être libérée mercredi soir pour la loi santé. Le vote solennel devrait intervenir le 1er décembre, selon Le Monde page 18.

– "Pupilles de la nation : plus de trente enfants concernés." Une trentaine d'enfants privés d'un ou de deux de leurs parents par les attentats du 13 novembre pourraient se voir attribuer le statut de pupille de la nation jusqu'à l'âge de 21 ans. Le Figaro page 7.

– "Indemnisations : les victimes ont aussi des droits." Près de 600 victimes des attentats de Paris et leurs familles vont pouvoir bénéficier d'indemnisations. L'Humanité page 9.

– "Médicaments : l'impossible contrôle des prix." "En l'absence de croissance économique, nous devons savoir nous adapter pour subir un prix, bénéficier de l'innovation et contrôler l'impact budgétaire", estime le Dr Robert Dahan dans une tribune publiée dans Les Echos page 12.

Santé

– "Attentats : réduire les séquelles psychiques." Pour les survivants et les témoins, une prise en charge précoce et une vigilance maintenue sont nécessaires pour faire face aux risques psychologiques engendrés par le traumatisme. Le Monde Science & médecine pages 4 et 5.

– "L'Onu plaide pour changer d'approche dans la lutte contre le VIH." Le rapport de l'Onusida défend des actions ciblées sur les zones et les populations à risques afin de mettre un terme à la pandémie d'ici à 2030. Le Monde page 17.

– "Voici la couronne-minute." "Le virage numérique qui va révolutionner nos cabinets dentaires et surtout ouvrir la voie à une nouvelle prise en charge s'accélère", selon le Dr Joël Trouillet, secrétaire de l'Association dentaire française (ADF). Le Parisien/Aujourd'hui page 11.

– "Bientôt un quatrième cœur artificiel." Le Pr Alain Carpentier a annoncé avoir obtenu l'autorisation de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour implanter un 4e cœur artificiel Carmat. Le Parisien/Aujourd'hui page 11.

Et aussi

– Allianz veut doper sa croissance sur trois ans et gagner cinq millions de nouveaux clients grâce à sa stratégie de présence globale et de digitalisation. Les Echos page 29.

– L'automate de la PME sarthoise Eco-Dex est capable de préparer des centaines de piluliers quotidiens sans se tromper. Les Echos-entrepreneur page 3.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)