Transports : la grève s’annonce dure

"A partir du moment où on ne nous donne pas la possibilité de négocier, nous sommes dans l'obligation de montrer notre rapport de force pour y arriver", a déclaré hier François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, déplorant que les propositions de son organisation sur la réforme des régimes spéciaux de retraite soient restées sans réponse (Le Figaro-économie, page 21).

Plus tard dans la journée, la CFDT Cheminots a donc annoncé qu'elle se joignait à la grève reconductible lancée à la SNCF, à compter du 13 novembre à 20 heures, par six syndicats (CGT, Sud-rail, Unsa, FO, CFTC, CGC) pour protester contre la réforme des régimes spéciaux, indique La Tribune (page 28). "Une décision qui laisse présager une journée noire dans les transports ferroviaires" le 14 novembre, commente Le Parisien/Aujourd'hui (page 8).

Les syndicats exigent notamment que le gouvernement revoie sa copie sur l'allongement à 40 ans de la durée de cotisation à partir de 2012. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a transmis hier soir aux syndicats ses "ultimes" propositions "d'aménagements" de la réforme. Pour "mieux prendre en compte la situation des salariés proches de la retraite", la réforme entrerait en vigueur au 1er juillet 2008. La durée de cotisation "augmenterait progressivement au rythme d'un trimestre par semestre, jusqu'au 1er décembre 2012, où elle serait portée à 160 trimestres, comme dans la Fonction publique", précise Le Parisien.

Sans remettre en cause le principe d'une décote, le ministre estime que celle-ci "ne doit pas pénaliser les salariés qui joueront le jeu de la réforme, c'est-à-dire ceux qui augmenteront leur durée d'activité proportionnellement à l'augmentation de la durée de cotisation". En outre, l'indexation des pensions sur la base des prix, au lieu des salaires, serait effective "à compter du 1er janvier 2009". Mais dans une lettre envoyée hier à Xavier Bertrand, les syndicats exigent toujours la tenue d'une table ronde, précise La Tribune.

Les syndicats de la RATP ont jusqu'à demain pour décider s'ils se joignent au mouvement de mercredi prochain. Pour l'instant, seule Sud-RATP a décidé d'y participer. Une réunion des syndicats d'EDF et de GDF doit se tenir aujourd'hui au siège de la CGT pour discuter aussi d'un éventuel appel à la grève du 14 novembre.

Arrivé hier soir à Washington, Nicolas Sarkozy a défendu fermement la poursuite de ses réformes, souligne Le Figaro (page 6). "Cela va bouger, c'est normal. Il y aura des grèves, des manifestations, mais je tiendrai parce que c'est l'intérêt de notre pays", a-t-il prévenu. Avant de s'envoler hier pour les Etats-Unis, le président de la République s'était rendu à la rencontre des marins-pêcheurs mobilisés contre la hausse du gazole.

A lire aussi – Les Français plébiscitent les médicaments génériques

"Près de 9 Français sur 10 font confiance aux génériques", titre Le Parisien/ Aujourd'hui (page 10). Les résistances s'estompent et ces médicaments sont systématiquement acceptés par les patients lorsqu'ils sont prescrits par leur médecin. Seules les personnes âgées ont un peu de mal à changer leurs habitudes. Tels sont les principaux enseignements d'un sondage Ifop, réalisé pour le laboratoire pharmaceutique Sandoz.

Selon cette enquête, 84% des personnes interrogées considèrent que les médicaments génériques sont aussi efficaces que les autres molécules. Et surtout qu'ils sont moins chers. De plus, 53% d'entre elles jugent que la part des génériques n'est "pas assez importante parmi l'ensemble des médicaments consommés en France", souligne L'Humanité (page 8). Le dispositif "tiers payant contre génériques" en vigueur dans plusieurs départements, qui contraint à l'avance de frais les patients qui refusent les génériques, est soutenu par 70% des Français.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)