Tiers payant : un portail unique pour l’ensemble des complémentaires

Les complémentaires santé ont ouvert le 16 janvier 2017 un portail Internet permettant aux professionnels de santé de contractualiser avec l'ensemble des organismes complémentaires via un contrat unique de tiers payant.

"La réforme de la généralisation du tiers payant entre dans sa dernière étape : cette dispense d'avance de frais deviendra un droit pour l'ensemble des assurés au 1er décembre 2017. D'ici là, des évolutions sont encore à prévoir", annonce L'Argus de l'assurance.

Depuis le 1er janvier 2017, en effet, les complémentaires santé doivent proposer le tiers payant dans le cadre de leurs contrats responsables.

Paradoxalement, relève L'Argus, "le tiers payant intégral n'est toutefois plus applicable de manière obligatoire depuis la décision du Conseil constitutionnel de janvier 2016 : les professionnels de santé ne sont tenus d'appliquer le tiers payant que sur la part obligatoire".

Dans ce contexte, les organismes complémentaires, réunis au sein de l'Association des complémentaires santé, ont ouvert, le 1er janvier 2017, un portail commun permettant aux professionnels de santé qui le souhaitent de proposer simplement le tiers payant intégral à leurs patients.

"Là où auparavant chaque professionnel devait contractualiser avec de multiples organismes", le site www.tpcomplementaire.fr propose la signature en ligne d'un seul contrat de tiers payant qui s'applique à "l'ensemble des complémentaires santé et des opérateurs de tiers payant membres de l'Association des complémentaires santé", qui regroupe une centaine d'organismes, écrit cette dernière dans un communiqué cité dans Le Figaro.

"Plus besoin pour le professionnel, donc, de contractualiser avec les quelque 450 organismes complémentaires maladie de manière individuelle", complète L'Argus.

"Plus de 90 % des assurés pourront ainsi bénéficier de ce service de tiers payant complémentaire", indique l'Association des complémentaires. "Le portail s'adresse aux médecins, auxiliaires médicaux (infirmières, kinés, orthophoniste, orthoptistes, podologues…), sages-femmes", précise Le Figaro.

Il permet notamment de vérifier en temps réel les droits des patients et de garantir le paiement du médecin sur la part complémentaire. Enfin, une ligne téléphonique fournit une assistance aux professionnels de santé au moment de leur inscription sur ce portail.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)