croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Tabac : un million de fumeurs en moins

Entre 2016 et 2017, près d'un million de Français ont renoncé au tabac. Une baisse particulièrement significative chez les jeunes et les plus modestes. Si ces résultats sont encourageants, les mesures annoncées par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pourraient accentuer le recul.

Le nombre de fumeurs quotidiens est en recul en France. Et sacrément. Selon le dernier Baromètre santé publié le 28 mai 2018 par Santé publique France, près d'un million de personnes ont cessé de fumer en un an. En 2016, rapporte Le Progrès, 29,4% des 18-75 ans fumaient chaque jour. En 2017, le taux est descendu à 26,9%.

"Ces résultats sont encourageants, ils marquent une rupture", a déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Depuis dix ans en effet, jamais une telle baisse n'avait été constatée. Le plus encourageant, ajoutent Les Echos, c'est que les jeunes âgés de 18 à 24 ans se détournent de plus en plus du tabac. Sur la même période, le taux de tabagisme les concernant a baissé de 9%, pour atteindre 35,3% de fumeurs.

L'autre bonne nouvelle, complète Le Monde, est la diminution du tabagisme dans les classes les plus défavorisées. En 2016, on comptait 38,8% de fumeurs parmi les personnes ayant les niveaux de diplôme et de revenus les moins élevés, contre 34% en 2017. Les demandeurs d’emploi étaient 49,7% à fumer tous les jours en 2016, contre 43,5% en 2017. Cela dit, même si les ouvriers continuent de fumer davantage que les cadres (36,4% contre 15,9%), les inégalités sociales face au tabac se sont stabilisées, observe Santé publique France.

L'ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine, s'est également félicitée de ces résultats, indiquent Les Echos. En 2014, en effet, "elle avait fait le vœu que les nouveau-nés deviennent la première génération sans tabac". Fair-play, Agnès Buzyn a salué les efforts entrepris alors par son ministère (notamment la mise en place du paquet neutre et la hausse de 15% du prix du tabac à rouler).

Toute aussi déterminée, la nouvelle ministre livre un combat analogue contre le tabagisme. Toutefois, l'impact des mesures mises en place par Agnès Buzyn ne peut être encore mesuré. Du fait de la hausse de la fiscalité sur le tabac, une baisse des ventes a cependant été constatée en début d'année. Une augmentation qui devrait se poursuivre puisque l'objectif fixé étant de parvenir à 10 euros le paquet de cigarettes en 2020.

Le 28 mai 2018, la ministre a annoncé le lancement d'un programme national de lutte contre le tabac (PNLT). Ce plan projette de faire tomber le taux de fumeurs quotidien en dessous des 17% en 2027 (soit 5 millions en moins). En 2022, il devra passer en deçà des 22%.

Parmi les quatre priorités de ce plan, figure la protection des enfants, via la prévention dans les écoles. L'accent sera également mis sur le sevrage, avec "la disparition totale d'ici à la fin de l'année du forfait de remboursement des substituts nicotiniques", écrivent Les Echos. Celui-ci sera remplacé par une prise en charge classique de médicaments sur prescription médicale.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)