"/>

Tabac : un mois pour arrêter de fumer

Durant tout le mois de novembre 2016, les fumeurs désireux d'arrêter le tabac peuvent profiter de l'opération "Moi(s) sans tabac", dont la Mutualité Française est partenaire. Ils seront accompagnés par différents dispositifs susceptibles de les aider dans leur effort.

Plusieurs milliers de fumeurs ont d'ores et déjà annoncé leur participation au défi collectif lancé depuis le 1er novembre 2016, à l'initiative du ministère de la Santé et de Santé publique France, en partenariat, notamment, avec la Mutualité Française : tout au long du mois, désormais baptisé "Moi(s) sans tabac", ces volontaires vont tenter de ne plus toucher à une cigarette, si besoin avec l'aide des différents dispositifs mis en place par les autorités sanitaires.

Selon Le Parisien/Aujourd'hui, près de 125.000 personnes se sont inscrites pour participer à cette opération. Pour les motiver, explique le quotidien, des groupes ont été créés sur les réseaux sociaux afin que les participants s'encouragent dans leur sevrage. Chacun peut y témoigner pour faire part de ses difficultés, de ses réussites et y donner des "recettes" pour contourner ses envies.

"J’ai rejoint sur la plate-forme #MoisSansTabac une communauté de 86.000 fumeurs qui vont se lancer dans le même parcours du combattant. Ça motive. On se sent soutenu, même si on ne connaît pas les autres", témoigne Stéphanie, 44 ans, dans La Croix. Durant le mois de novembre, le quotidien accompagnera cette grande fumeuse dans sa lutte contre son addiction.

En plus de ces lieux d'échange, une ligne téléphonique a été mise en place, ajoute Le Parisien/Aujourd'hui. En composant le 38 89, le fumeur en cours de sevrage peut y obtenir des conseils. Ceux-ci complètent les informations fournies par les kits "Moi(s) sans tabac", disponibles gratuitement en pharmacie et sur le site Tabac-info-service.

Ces kits contiennent un guide pour arrêter de fumer, un agenda, qui donne chaque jour une "idée positive", ainsi qu'un disque qui permet de calculer ses économies.
En parallèle, prévient La Dépêche du Midi, le gouvernement a annoncé lundi que le forfait annuel de remboursement des substituts nicotiniques (patchs, gommes, pastilles, inhalateur...) passait de 50 à 150 euros à compter du 1er novembre, pour tous les fumeurs qui souhaitaient rompre avec le tabac.

Trente jours semblent suffire pour constater les premiers résultats du sevrage, indique Le Parisien/Aujourd'hui. Au bout de la première quinzaine, explique Isabelle Gerintes,  tabacologue à l'hôpital Pierre-Rouques-les Bluets (Paris), le teint de la peau devient "moins gris, car l'organisme est mieux oxygéné". Dans le même temps, le goût et l'odorat, jusque-là altérés par la cigarette, reviennent. "Un mois sans tabac multiplie par cinq les chances d'arrêter définitivement de fumer", assure pour sa part la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)