croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Tabac : augmentera ou n’augmentera pas ?

Le "contrat d'avenir" passé entre l'Etat et les buralistes expire à la fin de l'année. Et, avec lui, une série de subventions octroyées à cette profession qui s'estime fragilisée par les politiques publiques de lutte contre le tabagisme. Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, rencontre aujourd'hui Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, pour une première séance de négociations qui doit poser les jalons d'un nouvel accord, annonce le site des Echos.

Dans un rapport, le député socialiste Frédéric Barbier, préconise d'accroître la marge des buralistes, en la prélevant sur celle des cigarettiers. Mais la Confédération préfère mettre l'accent sur le soutien à ses adhérents frontaliers, qui souffrent de la concurrence de prix plus bas dans les pays voisins.

Surtout, elle ne veut plus se focaliser sur un seul produit. L'arrivée du paquet neutre sans logo et avec des photographies dissuasives a fait réfléchir les professionnels : "Avant, l'Etat faisait baisser la consommation de tabac en cherchant tout de même à profiter des taxes, à présent, il veut dé-normaliser le tabac, c'est un nouveau paradigme", estime, dans Les Echos, Guillaume Legros, porte-parole des buralistes.

Il leur faut donc trouver d'autres sources de revenus, mais la diversification avance lentement. "Nous voulons élargir le lien des buralistes avec l'Etat, car, en tant que préposés de l'administration, nous sommes capables de diffuser de façon contrôlée des produits sensibles", plaide Guillaume Legros. Du tabac, des jeux, les buralistes en vendent déjà, mais ils subissent la concurrence des boutiques de la Française des jeux.

"Au passage, la Confédération demande une aide à la modernisation des points de vente", poursuivent Les Echos. Les buralistes estiment que le paquet neutre, obligatoire en janvier, va les contraindre à revoir leurs rayonnages. "Comment vendre quoi que ce soit avec un mur des horreurs de 3 mètres dans la boutique ?", s'interroge leur porte-parole.

Par ailleurs, les buralistes craignent une nouvelle hausse du prix des cigarettes en janvier, après deux ans de stabilité. La ministre de la Santé a en effet déclaré en février qu'elle était favorable à une hausse "forte et significative", tandis que Bercy semble ouvert à une hausse modérée. Le chef de l'Etat n'a pas encore tranché. Avant la présidentielle, il pourrait être tenté de prolonger la pause fiscale pour les fumeurs, estiment Les Echos.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)