Soins dentaires : pas de baisse de prix pour les prothèses

La ministre de la Santé vient de reporter d'un an le plafonnement des prix des prothèses dentaires, prévu au 1er janvier prochain.

 

Si les dentistes s'en réjouissent, les patients certainement un peu moins. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient d'annoncer le report d'un an de l'instauration du plafonnement des prix sur les actes prothétiques, ainsi que la revalorisation de certains soins à tarifs réglementés, indiquent Les Echos. D'ici à janvier 2019, nouvelle date d'entrée en vigueur du dispositif, l'assurance-maladie devrait ainsi réaliser une économie de dépenses de 150 millions d'euros.

Ce report, souligne le quotidien, est le fait de la réouverture du dialogue conventionnel avec la profession, laquelle met de fait en suspens l'application du règlement arbitral convenu en avril dernier. Pour Catherine Mojaïsky, présidente de la Confédération nationale des syndicats dentaires, (CNSD), "ce règlement risque de mettre en difficulté 20% des dentistes libéraux".

Même appréciation du côté de la Cellule de coordination des libéraux (CCDeLi),  qui milite depuis mars contre le règlement arbitral lequel, juge-t-elle, comporte "un risque de déconventionnement massif".

Pour autant, l'instauration de prix-plafond pour les prothèses, font remarquer Les Echos, aurait pu être l'occasion pour le nouveau gouvernement de mettre en place la première étape de la promesse de campagne d'Emmanuel Macron concernant les offres de prothèses dentaires sans reste à charge. Pour le quotidien économique, une nouvelle piste pourrait se dessiner : la création de paniers de soins "zéro reste à charge" à côté d'offres onéreuses. Si tel était le cas, un effort serait demandé à tous les acteurs pour diminuer le reste à charge des ménages en matière dentaire (2,43 milliards d'euros  en 2015).

Avec l'annonce d'une reprise du dialogue conventionnel, les dentistes espèrent mieux tirer leur épingle du jeu. Or, du côté du ministère, on prévient qu'elle ne vise "pas forcément à distribuer plus de revenus aux dentistes mécontents", rapporte le quotidien économique.

A lire aussi dans la presse

 

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)