croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Soins ambulatoires : Hospi Grand Ouest étend sa certification Iso 9001

Le groupe mutualiste Hospi Grand Ouest (HGO) a été certifié Iso 9001, à l'été 2018, pour ses neuf unités de chirurgie et d'anesthésie ambulatoire, ainsi que ses quatre unités de chimiothérapie ambulatoire. Il poursuit la dynamique entamée en 2015 avec la certification de six cliniques.

Un engagement qui va au-delà des obligations réglementaires : telle est la démarche d'amélioration continue de la qualité du groupe mutualiste Hospi Grand Ouest (HGO). Ce dernier a obtenu, à l'été 2018, la certification Iso 9001 pour ses neuf unités de chirurgie et d'anesthésie ambulatoire, ainsi que ses quatre unités de chimiothérapie ambulatoire. Le terme ambulatoire désigne une hospitalisation de courte durée, allant de quelques heures à une journée, rappelle-t-on.

Management de la qualité

Sur les dix établissements de santé du groupe HGO, situés dans les régions de Bretagne et Pays de la Loire (lire encadré), seul un centre de soins de suite et de rééducation n'est pas concerné car il ne propose pas le type de prise en charge visé par la certification.

Toutes ces cliniques sont membres du GIE Mutualité Grand Ouest (MGO), la structure qui a initié ce chantier novateur dès fin 2013, avant d'aboutir à une première certification de six cliniques bretonnes en 2015. Une expérience positive qui a grandement facilité la nouvelle certification.

"L'objectif de cette certification, dans sa dernière version dite 2015, est de garantir la conformité des organisations mises en œuvre dans nos établissements de santé en matière de management de la qualité au regard des standards internationaux", indique Gwénolée Abalain, directrice générale du groupe HGO. "Cette reconnaissance fait la fierté de nos professionnels de santé et la satisfaction de nos patients à qui nous garantissons une prise en charge personnalisée et de qualité, via un parcours sécurisé", précise-t-elle.

Des circuits extrêmement courts

Concrètement, quels sont les bénéfices pour un malade ? "Quel que soit le lieu de sa prise en charge dans l'un de nos établissements, le patient bénéficiera de soins de qualité identiques tout au long de son parcours et disposera partout des mêmes supports d'information", se félicite Gwénolée Abalain. "Notre démarche de groupe, basée sur un partage d'expériences, a permis d'identifier et de généraliser les bonnes pratiques, puis d'instaurer des chemins cliniques spécifiques de plus en plus adaptés aux besoins des patients", explique Claire Daviron, directrice de projet.

Ces cliniques mutualistes certifiées proposent notamment plusieurs circuits extrêmement courts, d'une durée variable selon l'intervention effectuée. "Par exemple, en ophtalmologie, la durée moyenne de séjour varie de deux à trois heures pour une opération de la cataracte. Le circuit est d'une demi-journée pour la prise en charge d'une hernie inguinale ou encore pour la réalisation d'une arthroscopie du genou", ajoute Claire Daviron.

Des audits croisés

Pour aboutir à cette offre de soins harmonisée dans le cadre d'une gestion du risque maîtrisée, le groupe HGO réunit régulièrement plusieurs membres de la direction, les responsables d'établissements, mais aussi les responsables de la qualité et de l'ambulatoire, afin de travailler ensemble à la définition de standards communs de qualité.

Cet esprit se retrouve dans les audits croisés réalisés entre les différentes cliniques. Ceux-ci ne sont jamais menés par le propre personnel de l'établissement audité. "Le certificat Iso 9001 est obtenu pour trois ans, à la condition que les audits annuels intermédiaires vérifient le maintien du niveau de qualité. Chaque établissement doit analyser régulièrement en interne l'efficacité du système mis en place", conclut Gwénolée Abalain.

Certification du groupe HGO : quelles unités concernées ?

Neuf unités de chirurgie et d’anesthésie ambulatoires :
– Clinique Sud Vendée – Fontenay le Comte.
– Polyclinique du Trégor – Lannion.
– Clinique de la Porte de l'Orient – Lorient.
– Clinique Jules-Verne – Nantes.
– Clinique Saint-Michel & Sainte-Anne – Quimper.
– Polyclinique Quimper Sud – Quimper.
– Hôpital privé des Côtes-d'Armor – Plérin.
– Clinique mutualiste La Sagesse – Rennes.
– Clinique mutualiste de l'Estuaire – Saint-Nazaire.

Quatre unités de chimiothérapie ambulatoire :
– Polyclinique du Trégor – Lannion.
– Hôpital privé des Côtes-d'Armor – Plérin.
– Clinique Saint-Michel & Sainte-Anne – Quimper.
– Clinique mutualiste de l'Estuaire – Saint-Nazaire.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)