croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Signes de reprise sur le front de l’emploi

L'inversion de la courbe du chômage n'est pas encore effective, mais François Hollande doit se sentir conforté par les chiffres de la dernière note de conjoncture de l'Insee. Après deux mois successifs de baisse du chômage, indique cet organisme, "les entreprises des secteurs marchands ont créé pas moins de 40.400 emplois au premier trimestre, après 46.500 sur les trois derniers mois de 2015".

Ce qu'il y a de "plus frappant encore", indique Le Figaro, c'est que "sur douze mois glissants, 160.000 emplois, et près de 190.000 en incluant ceux du secteur non marchand, ont été créés. La barre symbolique des 120.000 à 150.000 emplois créés, qui permet d'intégrer au marché du travail français le flux annuel des nouveaux actifs, est ainsi dépassée".

Du côté du gouvernement, c'est autant le soulagement que l'espoir. La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a en effet salué ces "bons résultats", rapporte La Croix. Ils apparaissent comme un "encouragement fort à poursuivre notre action en faveur de la lutte contre le chômage qui demeure une priorité", estime-t-elle.

Reste désormais à savoir si cette tendance sera durable, interroge Le Parisien/Aujourd'hui. C'est en tout cas la conviction du ministre des Finances, Michel Sapin. "L’emploi reprend. Ce n’est pas le moment de le stopper", a-t-il déclaré hier.

D'après Le Figaro, "si les entreprises maintiennent ce rythme de création d'emplois dans les mois à venir", le chômage poursuivra sa baisse en 2016 et "le président de la République pourra alors se targuer d'avoir gagné son pari de l'inversion de la courbe du chômage, avec trois ans de retard cela dit sur la promesse initiale".

Comme l'observent Les Echos, ces créations d'emplois ne servent pas seulement à faire baisser le chômage. Grâce à la masse salariale qu'elles génèrent, elles permettent également de soulager la Sécurité sociale via les rentrées des cotisations sociales dans les caisses. Alors que pour 2016, "la prévision de déficit du régime de base et du Fonds vieillesse vient d'être révisée à la baisse à 9,1 milliards d'euros", celle-ci pourrait donc être de nouveau révisée à la baisse en septembre.

A lire aussi