Sida : restez vigilants

"Le VIH est toujours là. Protégez-vous" : c'est le slogan de la nouvelle campagne de lutte contre le sida, lancée le 1er décembre, à l'occasion de la Journée mondiale. En 2006, 6.300 nouvelles personnes ont été contaminées dans l'Hexagone. Un chiffre en léger recul par rapport aux années précédentes mais qui dissimule certaines disparités.

En légère baisse. L'épidémie de sida semble un peu régresser en France. En 2006, 6.300 personnes ont découvert leur séropositivité, contre 6.700 en 2005 et 7.000 en 2004. Sur les cinq millions de tests de dépistage réalisés, le "nombre de sérologies positives est en diminution de 4%", s’est félicité le 26 novembre le directeur général de l’Institut de veille sanitaire (IVS), Gilles Brücker, lors de la présentation à la presse de la nouvelle campagne de lutte contre le sida, lancée à l’occasion de la journée mondiale du 1er décembre.

"Malgré le désir qui nous anime de voir dans ce bilan de réelles raisons d’espérer, il ne faut pas sous-estimer l’ampleur persistante du problème en France, souligne Gilles Brücker. 6.300 personnes qui apprennent en 2006 qu’elles sont séropositives, c’est encore beaucoup, beaucoup trop." La nouvelle campagne rappelle ainsi que "toutes les 90 minutes en France, une personne découvre qu’elle est contaminée".

Des populations très affectées

Le mode de contamination principal demeure les rapports hétérosexuels. Ils représentent près de la moitié des découvertes de séropositivité. Les personnes originaires d'Afrique subsaharienne sont particulièrement exposées. "Pour 100.000 Africains vivant dans notre pays, on décompte 400 découvertes de séropositivité", soit près d’une sur trois, remarque Roselyne Bachelot. Mais le nombre de personnes ayant appris qu’elles étaient séropositives a toutefois diminué en 2006, et ce pour la première fois pour les hommes.

Les gays restent énormément touchés. "Chaque jour en France, 4 homosexuels sont contaminés", souligne la campagne 2007. "Ils restent la seule population pour laquelle on n’observe pas de diminution des nouveaux diagnostics", déplore la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Pour les usagers de drogue, le nombre de nouveaux cas de séropositivité varie de "100 à 150" par an, ce qui est plutôt "faible". Mais si l’on rapporte ce chiffre aux 90.000 toxicomanes, le risque est en fait "17 fois plus élevé que dans la population des hétérosexuels non-usagers de drogues".

Enfin, des disparités régionales importantes subsistent également. Ainsi, les départements d’outre-mer et l’Ile-de-France sont fortement touchés. Avec 2.077 nouveaux cas de séropositivité en 2006, la Guyane devance largement la Guadeloupe (861 cas) et la région parisienne (492 cas). Dans ces zones, ainsi qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), "une personne sur dix s’est fait dépister en 2006".

"Le seul moyen de se protéger" du sida, "c'est le préservatif", rappelle la campagne. Ne l'oublions pas.

Paula Ferreira et Ghislaine Trabacchi

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)